Saint-Pons-de-Thomières et le Pays Saint-Ponais
Histoire et patrimoine de l'ouest du département de l'Hérault

Contrat de mariage de Joseph Treil de St-Martial et Claire Treil de Lavallongue
le 19 avril 1784


Au nom de Dieu,
Sachant tous présents et à venir, que l’an mil sept cent quatre vingt quatre, et le dix-neuvième jour du mois d’avril après-midi, dans la ville et sénéchaussée de Castres,
Par-devant nous notaire royal de la dite ville, soussigné, et témoins bas nommés et signés, ont été constitué en leurs personnes :

- Noble Joseph Marie Dominique de Treil de Saint-Martial,
officier au régiment de la Reine-Cavalerie,
fils légitime de feu noble Alexandre Treil de Saint-Martial, ancien officier au régiment de Custine-infanterie, et de dame Elisabeth de Robert, mariés, habitants de la ville de Saint-Pons-de-Thomières,
Assisté de la présence et du consentement de la dite dame de Robert sa mère, et de noble François de Treil, baron de Pardailhan, seigneur du dit lieu, La Caunette et Aigne, son oncle paternel, habitant de la ville de Saint-Pons, et de dame Elisabeth de Maurel [sa grande tante maternelle], veuve de Messire Joseph d’Or, ancien commissaire des guerres, seigneur de Carbes et Lastours, habitante de cette ville, de Messire Jean Joseph Delecouls, prêtre chanoine et vicaire général et official du diocèse de Saint-Pons, son cousin germain, d’une part.

- Et demoiselle Marie-Claire Joséphine Françoise de Treil de Lavallongue,
fille naturelle et légitime de noble Antoine de Treil de Lavallongue écuyer, et de dame Marthe Marguerite de Gaillard, mariés, tous habitants de la présente ville,
Assistée de la présence et du consentement des dits sieur et dame ses père et mère, et de dame Marie d'Agède, veuve de noble René Bernard de Gaillard seigneur de Frouzins sa grand-mère maternelle, habitante de la ville de Toulouse, de noble Jean-Louis René Gaillard, conseiller au Parlement de Toulouse, seigneur de Frouzins, habitant du dit Toulouse, son oncle maternel.

Lesquels sur leur traité de mariage ont convenu et promis de se prendre en vrais et légitimes époux en face de notre Sainte Mère l’Eglise, à la première réquisition de l’une des parties, la dispense de deux bans ayant été accordé par nos seigneurs leurs évêques respectifs,

Et pour supportation des charges du dit futur mariage, le dit noble Antoine de Treil, père de la future épouse lui donne et constitue la somme de 60.000 livres, savoir celle de 40.000 livres à titre de dot, et par conséquent au futur époux et les autres 20.000 livres pour en jouir en titre paraphernaux laquelle somme sera payable aux dits futurs époux après le décès du dit sieur donateur, ou plus tôt pour être employé en fond sûr et responsable, en avertissant six mois à l’avance et en représentation des dits intérêts de la dite somme le dit sieur donateur s’oblige à les nourrir et les loger, eux et leurs enfants et domestiques et de leur faire une pension de 2000 livres, à compter de ce jour, payable de six mois en six mois.

Et la dame Elisabeth de Robert de Saint-Martial, mère du futur époux lui fait donation en faveur du mariage de son domaine de Villeneuve [Vialanove à La Caunette], avec les bestiaux et cabaux, bêtes de labour, atras de ménagerie, et vaisselle, vinaire, qu’elle jouit et possède en toute propriété du chef de M. de Robert, son père, le tout situé au masage de Villeneuve [Vialanove], seulement pour en prendre la possession et jouissance le jour de la fête de Saint-Michel prochain, déclarant la dite dame que le domaine n’excède pas la valeur de 15.000 livres.

Et, à ce, est intervenue la dite dame Elisabeth de Maurel d’Or, laquelle pour le plaisir qu’elle a du présent mariage fait donation pure et simple entre vifs et à jamais irrévocable au dit noble Treil de Saint-Martial futur époux, son petit neveu acceptant et humblement remerciant, de la somme de 12.000 livres, qui ne seront payables qu’après la mort de la dite dame sans aucun intérêt jusqu’alors.

Déclarant les dites parties qu’elles contractent mariage suivant les us et coutumes du pays d’albigeois, dont elles ont une parfaite connaissance,

Et pour observer ce dessus, les dites parties, chacune comme les concerne, ont obligé leurs biens présents et à venir aux rigueurs de justice,

Fait et passé dans l’hôtel du dit noble Treil de Lavallongue, en présence de
- noble Jean, vicomte de Royère, ancien capitaine au régiment de la Reine-cavalerie, chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis,
- noble Louis Charles Alexandre de Richard, seigneur baron de Gaïx, Valdurenque et autres lieux, chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis,
- messire Jean Baptiste de Latour de Saint-Paulet, chanoine, vicaire général et official de l’évêché du dit Castres,
- noble Pierre de Bayard,
- noble Henry Joseph Ignace de Richard, chevalier de Gaïx, ancien officier de dragons,
- noble Jean Antoine, comte de Lengary, ancien officier d’infanterie,
- dame Madeleine Thérèse Elisabeth, comtesse de Lengary,
- dame Marianne de Boulade veuve,
- M. et Mme Serin avocat en parlement et maître particulier de la maîtrise du dit Castres,
Soussignés avec toutes les parties.

[GITE DE L'HERAULT] [E-MAIL]