Saint-Pons-de-Thomières et le Pays Saint-Ponais
Histoire et patrimoine de l'ouest du département de l'Hérault

Témoignage de Pierre-Jean Amblard
l'affaire Calas, à Toulouse en 1762


En 1762, lorsque l'affaire Calas éclate, Pierre-Jean Amblard est subdelégué de l'Intendant du Languedoc à Toulouse.
A ce titre, il informe son supérieur, représentant du roi, du déroulement de l'affaire. Son témoignage conservé aux archives départementales de la Haute-Garonne est un élément historique important
Jean Calas, protestant originaire de Lacabarède, est condamné injustement pour le meurtre de son fils, qui s'est manifestement suicidé.
L'affaire Calas prend un retentissement national quand Voltaire intervient pour réclamer sa réhabilitation.
Dans le court extrait de document ci-après, Pierre-Jean Amblard relate le supplice de Jean Calas.

Lettre adressée à l'intendant du Languedoc, par son subdelégué à Toulouse, Pierre-Jean Amblard

Le 20 mars 1762 Les coaccusés de Calas furent jugés avant hier. Il passa in mitiorem à six voix contre sept de condamner le fils au bannissement perpétuel, la mère, la servante, et le sieur Lavaisse furent mis hors de cour. L'avis des sept était à la mort contre le sieur Lavaisse, la mère et le fils.

Le père a souffert son supplice avec une fermeté inconcevable. Il ne jeta qu'un seul cri à chaque coup que lui donna l'exécuteur sur l'échafaud . Pendant les deux heures qu'il resta sur la roue il s'entretint avec le confesseur de choses étrangères à la religion après lui avoir déclaré que tout ce qu'il pourrait lui dire à ce sujet était inutile et qu'il voulait mourir protestant.
Une des jambes qu'on lui avait cassée avait repliée sur la roue il pria le confesseur d'avertir l'exécuteur de remonter sur l'échafaud pour la replier parcequ'il sentait des tiraillements qui lui causait de vives douleurs et le confesseur qui était le professeur de théologie des Jacobins lui procura ce soulagement.

Toute la ville crie contre les six juges qui ont formé cet arrêt; Ils prétendent qu'ils se sont déterminés à modifier la peine parce que le sieur Lavaisse et Calas fils se sont convertis et ont fait leur abjuration.

j'ai l'honneur ...

[ACCUEIL DU SITE] [E_MAIL] [GENEALOGIE TREIL DE PARDAILHAN]