Saint-Pons-de-Thomières et le Pays Saint-Ponais
Histoire et patrimoine de l'ouest du département de l'Hérault

Xavier Bouisson
Maire de Saint-Pons sous le Second Empire

Xavier Bouisson, maire de saint-Pons sous le Second Empire


Xavier Bouisson est l'exemple tout à fait représentatif d'un notable de la région Saint-Ponaise au 19ème siècle.
Son père Jacques Bouisson, originaire du Biterrois, est juriste ; élu municipal à Saint-Pons pendant la Révolution, Jacques Bouisson est notamment maire de Saint-Pons sous le Consulat; il conserve des responsabilités politiques locales jusqu'à sa mort pendant la Restauration. Geneviève Morel, la mère de Xavier, est issue de la petite bourgeoisie Saint-Ponaise.

le 31 janvier 1797 à Saint-Pons, Xavier Bouisson est orphelin de son père à l'âge de 19 ans, et de sa mère à 25 ans.
Il mène des études de droit à Paris et devient avocat au barreau de Saint-Pons en 1821.

Juriste estimé, il fait partie d'une famille influente avec ses frères Jacques (sous-préfet de l'arrondissement de Saint-Pons sous la Monarchie de Juillet de 1830 à 1848) et Justin, juge et poète.

Selon le processus courant de la bourgeoisie locale, Xavier Bouisson investit dans l'achat de terres comme le domaine de Soulages en 1841, puis le domaine de Marthomis en 1856 (propriétés situées dans la commune de Courniou).

Place du foirail, à  Saint-Pons
Place du Foirail, à Saint-Pons

En 1847, il épouse la jeune Sophie Thomassin, issue d'une famille de notables et juristes Saint-Ponais. Le couple établit domicile place du Foirail.

Dèjà membre du conseil d'arrondissement sous Louis-Philippe, Xavier Bouisson accède aux responsabilités municipales pendant le Second Empire : il devient maire et conseiller général du canton de Saint-Pons-de-Thomières, postes qu'il occupe de 1852 à 1870.
Il incarne la bourgeoisie conservatrice dans cette région républicaine, marquée par la lutte contre le coup d'Etat de 1851 et la répression qui a suivi.

Mairie de Saint-Pons
Mairie de Saint-Pons

Xavier Bouisson quitte ses fonctions de maire de Saint-Pons-de-Thomières en 1870 et poursuit son activité d'avocat jusqu' à son décès le 19 mars 1882.

De son mariage avec Sophie Thomassin, il eut quatre filles :
Marie Thérèse Marguerite, épouse de Ludovic Séré, juge à Saint-Pons à la fin du 19ème siècle; Marie Adèle Laure, épouse de Jean Henri Gaston Benoit, avocat à Béziers; Marie Jeanne Rose, épouse de Etienne Clément Rouquet; et, Antoinette célibataire.

Remerciements à Romain Faivre d'Arcier pour le portrait de Xavier Bouisson

[ACCUEIL DU SITE] [LIENS] [CORRESPONDRE] [GITE DE CHARME]