Saint-Pons-de-Thomières et le Pays Saint-Ponais
Histoire et patrimoine de l'ouest du département de l'Hérault

Thomas-François de Treil de Pardailhan
Le dernier seigneur-baron de Pardailhan, député à la Révolution

Thomas-François de Treil de Pardailhan, dernier seigneur de Pardailhan, né en 1754, est de la génération des acteurs de la Révolution Française.
Issu d'une famille anoblie, fils du baron François de Treil, il poursuit la destinée classique de l’aîné de la fratrie à la fin de l’Ancien Régime, en devenant militaire.
Très jeune il quitte
Saint-Pons, où vit sa famille. Il fait ses études au collège du Plessis-Sorbonne, à Paris. Selon son dossier militaire, il sert à partir de 15 ans comme Gendarme de la Garde du Roi, chargé de sa protection au Palais de Versailles. A 20 ans il rejoint le corps prestigieux des Mousquetaires, supprimé l'année suivante.
mousquetaire en 1776

Les écrits de sa jeunesse le montrent déjà révolté contre l'aristocratie et les hypocrisies de la société d'Ancien Régime (voir son poème: Aux Grands).
En 1782, il achète la charge d’Enseigne des Gardes Suisses de Monsieur, frère du Roi, et reçoit le grade de lieutenant-colonel d’infanterie.

Gardes Suisses de Monsieur
Quelques mois plus tard, il fait un riche mariage avec Charlotte Gautier de Vinfrais, d'une famille d'Ile de France, attachée au service de la Cour. Par son contrat de mariage, il reçoit la seigneurie de Pardailhan et s’intitule dés lors baron de Pardailhan. Thomas-François vit désormais une partie de l'année à Villejuif chez ses beaux-parents (Hôtel de la Capitainerie des chasses), mais aussi à Paris, et séjourne à Saint-Pons et Pardailhan.

En 1785, il entre dans la Maison Civile du Roi avec l'acquisition de l’office de « Maître d’Hôtel du Roi» ; son service quelques mois dans l’année lui permet d’approcher Louis XVI, à Versailles.

A la veille de la Révolution, il est récompensé de vingt ans de services par la décoration de l’ordre de chevalier de Saint-Louis.

A Paris en 1781, il est devenu franc-maçon dans la loge prestigieuse «Saint-Jean-d'Ecosse du Contrat Social », où il côtoit Lafayette ; à Saint-Chinian, il est membre associé de la loge «la Liberté». La franc-maçonnerie connaît dans les dernières années de l’Ancien Régime un développement considérable et propage les idées de démocratie et droits de l’homme.

Dès les premiers événements de 1789 Thomas-François s’engage avec passion dans la vie politique ; il est délégué en mars 1789 par les représentants rassemblés des trois ordres de Saint-Pons, pour soutenir le projet d’une constitution. En 1790, il est Electeur du canton de Villejuif, en 1791, Administrateur du département de Paris (conseiller général).
En septembre 1791, il est élu député du département de Paris ; il se fait connaître par des propositions de loi concernant l’organisation des armées, (particulièrement une proposition portant condamnation à mort des officiers émigrés). Il est membre du comité diplomatique.

En 1794, pendant la Terreur, il est emprisonné comme modéré à la prison Saint-Lazare à Paris (*) ; il échappe de peu à la guillotine.
Sous le Directoire, il fonde une compagnie chargée de l’approvisionnement des armées de la République.

En 1800, ruiné, il se rallie au régime de Bonaparte. Poursuivi par ses créanciers, il s’exile en 1806 à Milan en Italie, d’où il apprend son expropriation du domaine de Pardailhan, par son propre frère Alexandre.

Revenu en France en 1811, il s’installe définitivement au château de Pardailhan, racheté par son épouse Charlotte.

A la Restauration en 1815 il est nommé maire de la commune de Pardailhan. Il est décédé le 2 août 1822 au château de Pardailhan.

[ACCUEIL DU SITE] [PLAN DU SITE] [LIENS] [ECRIVEZ-MOI] [GITE DE FRANCE DE L'HERAULT]