Saint-Pons-de-Thomières et le Pays Saint-Ponais
Histoire et patrimoine de l'ouest du département de l'Hérault

Les seigneuries de La Caunette et Aigne :
De Guillaume de Minerve à François de Treil de Pardailhan

L’histoire de ces deux seigneuries se confond.

Aigne et La Caunette sont confisquées par Simon de Montfort, lors de la croisade contre les albigeois au début du 13ème siècle
A son retour de la première croisade de Saint-Louis, en récompense des services rendus, Guillaume de Minerve , reçoit en 1254 une assignation de soixante livres sur les seigneuries d’Aigues-vives, Aigne, La Caunette, Babio.

Aigne et la Caunette passeront ensuite entre les mains de plusieurs familles.
Comme souvent dans l’ancien diocèse de Saint-Pons, les familles seigneuriales se succèdent après quelques décennies, et possèdent parfois de simples parts de seigneurie. La liste est un peu fastidieuse…

En 1300, Pierre-Jacques de Montclar est seigneur de La Caunette et signe un accord avec les habitants pour la coupe des bois. En 1371, Bertrand de Montclar confirme les libertés et franchise de La Caunette. L’année suivante en avril 1372, Olivier vicomte de Montclar devient seigneur de La Caunette terre détenue «selon la coutume de Paris». Son frère Bertrand en hérite en 1392.
En 1417 Béatrix de Cazilhac, veuve de Bertrand de Montclar, mère de Jean et Jeanne de Montclar rend hommage pour La Caunette. En 1458 Jean de Montclar est baron de La Caunette et Aigne.
En 1491 c’est Antoine de Monclar, qui détient la seigneurie.

En 1535 noble André de Malafosse est baron de La Caunette, seigneur d’Aigne et autres lieux puis en 1551 Jean de Malafosse. En 1556 c’est Melchior de Malafosse qui est baron de la Caunette, puis son frère Gaspard
Le village est assiégé et envahi plusieurs fois lors des guerres de religion vers 1580-90.
Gaspard de Malafosse transmet la seigneurie par héritage à son cousin Henri de Thézan en 1625.

En 1662 noble Jean de Cazalets, seigneur de La Caunette achète des fiefs seigneuriaux appartenant au chapitre de Saint-Just de Narbonne, à Aigne et La Caunette.
En 1676 des reconnaissances sont faites pour ces deux terres à messire François de Cazalet, grand archidiacre et à messire Louis de Cazalet chanoine au chapitre Saint-Just et Saint-Pasteur de Narbonne.
En 1717 le sieur Etienne Saisset bourgeois de Mailhac, lieutenant en la baronnie de La Caunette et Aigne reconnaît tenir la métairie de Las Teulières de messire Charles de Cazalets, seigneur et baron de La Caunette, Aigne Babiau Tonneins et autres places (appelé parfois Charles de Tonneins).

Les seigneuries passent ensuite à la famille d’Ouvrier en 1748:
En effet, par son contrat de mariage avec Guillaume d'Ouvrier, Jeanne Françoise Charlotte d'Anty de Villegly se constitue en dot les terres et seigneuries de La Caunette et Aigne, données par sa mère Gabrielle de Cazalets. A son décès en 1754, Charlotte d'Anty les lègue à son mari sous certaines conditions.

Le 8 mars 1763, Joseph de Treil s’en porte acquéreur, puis donne ces deux terres à son fils le baron François de Treil de Pardailhan le 13 juin 1767.
Assez curieusement, le 28 octobre 1789, après l’abolition des droits seigneuriaux, François de Treil de Pardailhan achète au chapitre de Saint-Pons le fief de Saint-Pierre.
Le château «moderne» de La Caunette est surnommé château des Pardailhan en référence à la dernière famille seigneuriale de La Caunette. ; le comte Alexandre de Treil de Pardailhan , officier émigré, sous-préfet de Saint-Pons y est décédé en 1822.

[ACCUEIL DU SITE] [LIENS] [ECRIVEZ-MOI] [GITE DE FRANCE DU MINERVOIS]