Saint-Pons-de-Thomières et le Pays Saint-Ponais
Histoire et patrimoine de l'ouest du département de l'Hérault

La famille de Rotolp

Les Rotolp, famille de la petite noblesse protestante de Castres, occupent dès le 16ème siècle les premiers postes de responsabilité municipale de la ville.
Après la proclamation de l'Edit de Nantes, on les retrouve juristes à la Chambre de l'Edit, institution chargée de juger les affaires concernant les protestants.
Enfin, après la Révocation de l'Edit de Nantes, ils sont dispersés par les persécutions.

Château de La Devèze
Château de La Devèze

Une branche familiale a possédé le domaine et château de Ladevèze, dont elle a pris le nom. La famille s'est alliée plusieurs fois avec celle des gentilshommes verriers, de Riols de Moussans.

" Jean Rotolp, sieur de Lescout, avocat à Castres, fut un des premiers habitants de cette ville, qui prêtèrent l'oreille à la Prédication de la Réforme.
Il professait déjà la religion protestante lorsqu'il fut élu Premier Consul en 1562.
Ses collègues François Raimond, Jean Donnadieu et Hugues Capduveau ou Capduras (qui fut tué peu de temps après dans une expédition militaire), étaient comme lui des sectateurs zélés des opinions nouvelles.
En 1567, Lescout fut élu capitaine d'une des compagnies levées à Castres.
En 1572, il fut reçu lieutenant principal, charge dont il exerça les fonctions jusqu'à sa mort, et dans laquelle il eut pour successeur Jean Le Roy.
En 1580, il assista à l'assemblée politique de Montauban.
Il mourut à Castres au mois de septembre 1598.

Son fils Abel, avocat à la Chambre de l'Edit, était selon les Mémoires de Sully "un homme vertueux, ennemi de toute partialité".
Le Haut-Languedoc le députe à l'Assemblée politique de Sainte-Foy en 1601, et à celle de Chatellerault en 1605.
Il se fit constamment remarquer par sa modération, surtout pendant les dernières guerres civiles.
Deux fois, à huit années d'intervalle, la confiance de ses concitoyens l'appela à la première dignité municipale :
- en 1599, avec Matthieu Bellesaigne, Jean Garsin, et Isaac Prat ;
- en 1607, avec Jean Oulez, Sébastien Dumas et Joseph Grasset.
On ne connaît pas l'année de sa mort, on sait seulement que sa femme Elisabeth Terson, qu'il avait épousé en 1591 était veuve en 1635, avec deux fils nommés Antoine et Samuel.

Samuel, avocat comme son père testa en 1666 et laissa deux enfants Antoine sieur de Saint-Martin et Pierre sieur d'Aimar sur lesquels nous manquons absolument de renseignements.
[Samuel de Rotolp est habitant de Saint-Amans en 1649.
Il est alors propriétaire des domaines de Rieussequel, la Castellanne, les Grimanes, la Borie-Petite.
Il aurait été marié à Catherine de Riols. (d'après "Histoire de la ville de St-Amans" par Jean Calvet)
De ce mariage, il aurait également eu une fille Marguerite, épouse de Samuel de Riols, gentilhomme verrier de Moussans. (d'après "Les verreries forestières de Moussans" par Francis de RIOLS de FONCLARE)]

Antoine sieur de Ladevèze, épousa en 1625 Suzanne Espérandieu qui le rendit père de quatre fils :

1) Guillaume, sieur de Lampeau,
2) Abel, sieur de Ladeveze,
3) Antoine, sieur de Marsal,
4) Louis, sieur de La Marinière.
Tout porte à croire que le second des quatre frères est identique avec Abel de La Devèze, qui après avoir desservi pendant quelques années l'église de Vabre reçut vocation de celle de Castres en 1672.
Ayant laissé à la Révocation passer le temps prescrit aux ministres de la RPR pour sortir du royaume, il fut obligé de se cacher; mais après avoir erré plus de trois mois de lieu en lieu, sous toutes sortes de déguisements, il réussit à gagner la Hollande et fut placé comme ministre à La Haye.

rotolp

[Antoine de Rotolp de Marsal se marie avec Catherine de Mourdaine ; de ce mariage est issue Marguerite de Rotolp qui épouse son cousin Pierre de Riols de Moussans, par contrat du 13 février 1699]

La France protestante, par Haag


[ACCUEIL DU SITE] [LIENS] [GITE DE FRANCE DE L'HERAULT] [Les Verreries-de-Moussans] [CORRESPONDRE]