Saint-Pons-de-Thomières et le Pays Saint-Ponais
Histoire et patrimoine de l'ouest du département de l'Hérault

La famille Rocque

Extrait de "Familles nobles et bourgeoises de Saint-Pons" par Joseph Sahuc
(Bulletin de la Société Archéologique de Béziers - 1907)

" Cette famille encore représentée à Paris et à Toulouse, habita Saint-Pons au XVIIIème siècle.

Jean-Joseph,
époux de Marie Tabarié, eut trois enfants :

- Françoise-Hélène, épouse [en 1742] de Michelet;
- Marie, épouse [en 1735] André Pradal et
- Pierre-Honoré .

Pierre-Honoré,
mari d'Elisabeth Mas, eut à son tour dix-huit enfants parmi lesquels:

- Hélène-Elisabeth, femme [en 1771] de Raboul de Grandsaignes, auteur de la branche Flottes :
- Jérôme-Alexandre, chef de la branche existante ;
- Claire-Josèphe, épouse [en 1780] de Denis Fourcade;
- Julie et Marie, filles de la Charité;
- Thérèse qui, en mourant, laissa à l'hospice de la ville de Saint-Pons une somme de trente mille francs, pour la construction des bâtiments neufs et des salles actuelles de malades
.

Monsieur Léonce Coutine a publié, il y a quelques années , dans la Revue de Gascogne, d'après les indications de M. J. Buisson, un article duquel nous extrayons textuellement le passage suivant qui intéresse tout particulièrement la famille Rocque et aussi la société commerçante de Saint-Pons et de toutes les petites villes à la fin du XVIIIème siècle.

"Mademoiselle Rocque était originaire de Saint-Pons-de-Thomières. Elle avait eu dix-sept frères ou soeurs, sur lesquels deux religieuses, et un prêtre, mort grand-vicaire de l'évêque de Saragosse.

Sa famille était une de ces rares familles de bourgeoisie et de négoce, dont j'ai entendu encore dans ma jeunesse dire à quelques vieilles gens: Leur considération passe la noblesse.
Saint-Pons était avant la Révolution chef-lieu d'un diocèse; la culture et les moeurs des bonnes familles y avaient une élévation particulière. Le type des familles de négoce y était tout différent de ce qu'on pouvait observer dans les mêmes professions, pour les villes voisines purement commerciales, comme Saint-Chinian, Bédarieux, etc...

J'ai relevé ce fait que les deux derniers chefs de la famille Rocque, bien que destinés uniquement à continuer une maison de commerce de draps avec les échelles du Levant, s'étaient fait recevoir avocats au Parlement de Toulouse.
Non seulement ils étaient solidement chrétiens, mais fortement hiérarchisés. Julie Rocque s'inclinait légèrement chaque fois qu'elle nommait son père. Elle et ses soeurs disaient vous à leur frère aîné . Ce dernier fut député du Tiers aux Etats-Généraux, pour la sénéchaussée de Béziers."

Les Rocque habitaient à Saint-Pons, le long de la rivière du Jaur et sur les chemins de Narbonne et de Béziers, un vaste enclos qui passa ensuite à la famille Fourcade. On y voit encore dans quelques détails d'ornementation et de serrurerie l'initiale R . "

Joseph Sahuc, historien local (en 1907)

Les familles nobles et bourgeoises de Saint-Pons, par Sahuc :

Généralités - Familles Amblard - d'Augier - de Bène de Barre -Bosquat de Saint-Rome - de Bourguignon de Saint-Martin - de Brugairoux - de Brun - de Cabrol - de Clerc - Cros-Le-Bailly et Benoit - Devic - d'Estival - de Fleyres - de Flottes - de Gartoule - de Gleizes de La Blanque - de Gléon de Durban - de Guibbal - Guiraud - Molinier - Portes - Tourbes - Tabarié de Grandsaignes - Treil de Pardailhan - de La Vernhe

[ACCUEIL] [PLAN DU SITE] [ECRIVEZ-MOI] [GITE PRÈS DE SAINT-PONS]