Saint-Pons-de-Thomières et le Pays Saint-Ponais
Histoire et patrimoine de l'ouest du département de l'Hérault

La famille Riols : documents d'archives

"La famille de Riols :
Nomenclature des pièces ou ouvrages prouvant l'authenticité des recherches sur la famille de Riols, principalement de la branche de Fonclare"
Extrait de : "Les verreries forestières de Moussans (1450-1890)" par Francis de RIOLS de FONCLARE - 1925. (voir le sommaire)

" La famille de Riols ou de Riolz est originaire du Languedoc; c'est l'une des plus anciennes de cette province. Sa noblesse est d'ancienne extraction, car elle remonte à des temps fort éloignés sans trace d'anoblissement.

L'auteur le plus reculé, auquel il est possible de remonter avec documents authentiques à l'appui est noble Bernard de Riols, écuyer, seigneur de Bourgues (diocèse de Saint-Pons), vivait en 1480, et il testa le 28 janvier 1498.

1°) Le 6 juillet 1540, Grégoire de Roquefort, seigneur de la Bastide, maistre des Eaux et forêtz, concède à Nicolas de Riols la faculté de construire un moulin et une scierie, moyennant une nouvelle inféodation, et à charge de payer une censive annuelle de cinq sols.

2°) Acte de partage intervenu entre noble Pierre de Riolz et Martyane Emouy, retenu par François Marchous, le 24 février 1553, expédié et collationné par Banos notaire.

3°) Lettres patentes du Roi Charles IX, données à Toulouse le 14 mars 1565, en faveur de "son bien-aimé Pierre de Riols escuyer verrier de la verrerie hault de Moussans...", dont la maison avait été brûlée avec ses papiers, titres et documents.

Ordonnance, du 18 septembre 1565 du Senéchal de Carcassonne, portant maintenue en la possession de la dite verrerie de Moussans, en faveur du sieur de Riols .

4°) Contrat de mariage entre noble Isaac de Riols, fils de Jean de Riols, domicilié à la Combe-Julhe et damoiselle Isabeau de Cabrol, fille de feu Jacques de Cabrol, sieur del Martinet, dressé par Jean Randomy, notaire de FerraIs-des -Montaignes, le 8 avril 1590.

5°) Le 16 octobre 1609 (dressé par Amblard, notaire à Saint-Pons). Vente par noble David de Riolz, habitant les Trémoulèdes (paroisse de Montclard en Auvergne), agissant tant pour lui que pour sa soeur damoiselle Jeanne de Riolz, des biens meubles et immeubles, des droits et actions provenant de l'hérédité ,de leur père, à Samuel et Isaac de Riols frères, acheteurs de tous droits et actions aux Verrières de Moussans, terroir de FerraIs, La Bastide, Minerve, Siran et Saint-Pons de Thomières .
Samuel et Isaac de Riols étaient des Verreries Hautes de Moussans.

        

6°) Vente cession et subrogation pour noble David de Riolz, seigneur de Trémoulèdes consentie à son profit par noble Jacques de Riolz, son frère. Acte fait et passé à la Vernelle paroisse de Samt-Deydier) par Pierre Charrier. notaire, le 8 novembre 1624.
Dans cet acte, il est mentionné que les immeubles "sont francs et alodiaux de toutes charges et présentations annuelles, néanmoins tous les dits biens vendus tenus en fief du Roy notre sire à cause de son château de Minerve" .

7°) Ordonnance du 12 novembre 1599 par Pierre de Blancon, conseiller du Roy et maître des Eaux et forêts, qui maintient Pierre de Riols et ses successeurs en la possession de la verrerie.
Ordonnance du 23 juin 1610 par Roch de Paule, écuyer, conseiller du Roy, qui maintient nobles David et Samuel de Riols frères, sieurs des Verreries Haultes de Moussans et de la Crosse, fils de feu Pierre de Riolz, quand vivait, escuyer, "possédant de toute ancienneté une verrière située en la juridiction et le Consulat de Rieussec, lieu communément appelé 1a Verrière de Moussans.
Ces actes relèvent de la Sénéchaussée de Carcassonne "
.

8°) Dans la forêt de Campaurel, au lieu-dit "Le Pla de Crouzet près la source de l'eau" les frères Bernard et Jean de Noguès avaient obtenu par une ordonnance rendue le 6 septembre 1628 de bâtir une verrerie à six ouvreaux et de prendre le bois nécessaire au chauffage de la dite verrerie moyennant la somme de quatre livres de rente annuelle et perpétuelle (payables au trésorier de la Sénéchaussée de Carcassonne moitié à l'Ascension, moitié à la Toussaint).
Les frères de Noguès s'étant démis de cette faculté, Jean de Riolz, gentilhomme verrier, demeurant à la Borde Cremade, offrit de se substituer à eux moyennant une rente annuelle de trois livres. A la suite de cette proposition une lettre d'état fut dressée au trésorier de la Sénéchaussée de Carcassonne. Une expédition fut délivrée à .Jean de Riols, sieur del Causse, pour lui servir de titre valable. Signé de Catel, 1ieutenant général, le 20 février 1638 .

9°) Dénombrement du 25 mai 1639, fait par noble David de Riols, sieur de Moussans, devant Monsieur le Sénéchal de Carcassonne.
Dans le dit dénombrement en parlant de ses terres, il dit " ... le tout noble de toute ancienneté, sous l'aubergue de sept sols six deniers, paiables au clavaire de pour le Roy en Minervois ...".

10°) lnventaire des pièces produites devant la Maîtrise des Eaux et forêts de Toulouse par demoiselle de Cristol, veuve de Pierre de Riols, de son vivant conseiller du Roy au sénéchal de Béziers à la demande des héritiers de Isaac et Pierre de Riols, le 18 juin 1671 :

Un Arrêt du Parlement de Toulouse du 30 avril 1663, portant maintenue de la verrerie de Moussans, en faveur de Samuel de Riols, sieur de la Boissonnade. Ce jugement fut rendu à la suite du procès intervenu entre Noble Isaac de Robert sieur de la Plane défendeur et Samuel de Riols, sieur de la Boissonade, pour des dégradations commises dans la forêt de Minerve.
Les inféodations faites par les officiers de la Table de Marbre de Toulouse le 28 juillet 1630 et le 1er février 1651, en faveur de Jean de Riols et de Isaac de Robert, au sujet de la verrière de la Borde Cremade, sont cassées par l'arrêt du Parlement de Toulouse. Il est ordonné que les fours à verre de la dite verrière seront détruits avec défense de les reconstruire.

12°) La branche des Riols, seigneurs des Verreries de Moussans , paroisse de Notre-Dame-de-Sorières, diocèse de Saint-Pons fut maintenue dans sa noblesse le 5 janvier 1671 (M. Bornier). rapporteur) et ses titres ont été confirmés par jugement souverain rendu par l'lntendant de Languedoc Bazin de Bezons.
Dans l'inventaire sommaire de la série C des archives de l'Hérault (pp. 324-325, artic1e C, 1827) existe la liste complète de ce qu'a survécu de maintenues de noblesse, dans le fonds de l'Intendance. .Le reste a été brûlé à l'époque révolutionnaire. La famille de Riols ne figure pas parmi les maintenues rescapées.

Heureusement que nous trouvons un remarquable ouvrage fait par le marquis d'Aubais et Ménard en 1759 qui nous donne la liste complète de ces jugements de maintenue.
Tome II, page 249, n°459, on lit: "Pierre de Riols, seigneur des Verreries de Moussans, teste le 21 août 1592. Il épouse le 21 août 1558 Anne Molte. Nicolas Riols épousa, le 21 août 1526 Catherine Ennon".
On y lit aussi que Samuel de Riols, seigneur de La Boissonade, fut maintenu noble le 5 janvier 1671.
De même ,dans l'ouvrage du sieur Henri de Caux, page 81, diocèse de Saint-Pons, nous lisons: Noble Samuel de Riols, seigneur de Moussans, diocèse de Saint-Pons, eut ses titres de noblesse confirmés par jugement souverain (Bornier rapporteur). Henri de Caux était présent aux jugements de maintenue.
Des auteurs plus récents mentionnent aussi ces jugements de maintenue.

Signalons: Louis de Laroque, dans son "Armorial de Languedoc" et Alphonse Brémond, dans son "Nobiliaire Toulousain".
Dans ce dernier ouvrage, il est signalé que Sébastien de Riols, seigneur de Fonclare et Pierre-Jacques-Etienne de Riols, son fils habitants des Verrières de Moussans, diocèse de Saint-Pons, furent confirmés dans leur noblesse, en vertu d'un précédent jugement de maintenue, rendu par M. de Villevieille, gouverneur de la viguerie de Sommières, par arrêt rendu le 13 octobre 1753, à Sommières, par le vicomte de Narbonne Pelet.

13°) Dans "L'indicateur du Grand Armorial de France" dressé par Charles d'Hozier, on lit:
Riol (des), Auv 182. Riols, Toul, Mont, 576. De Riols, Monpt., 1271, n°64.
C'est ce dernier qui nous intéresse: Page 270, n°64, Béziers, reg. 2e, il est mentionné Pierre de Riolz, sieur de Lespinassier: "D'azur à deux étoiles d'or en chef et un soleil de même en pointe" (1er juillet 1701).
Pour se voir attribuer des armes, il fallait être majeur, c'est pourquoi une foule de gentilshommes n'ont pas été inscrits dans l'Armorial de 1696, car ce fut une mesure purement fiscale. La noblesse est bien mieux attestée par les preuves faites que par l'inscription à l'Armorial.

        

Ci-dessous nous donnons in extenso tout ce qui a été trouvé à la Bibliothèque Nationale sur la maison de Riols. Ces documents sont relatifs à:

1°) Preuves de noblesse de demoiselle Gabrielle de Riols pour être admise au nombre des Filles de la Maison de Saint-Louis, fondée par le Roy dans le Parc de Vers. 1714 (Français 32.127. Tome X, preuve 28).
2°) Preuves de Louis de Riols, pour être admis au nombre des gentilshommes que Sa Majesté fait élever dans les Ecoles Royales Militaires (Fr. 32.099. Ecoles Militaires, Tome 40. Preuve 43 et nouv. d'Hozier 282. 24 septembre 1788).
3°) L'abbé de Riols assista à l' Assemblée provinciale tenue à Clermont au mois d'août 1787.

Ces derniers documents sont relatifs à la branche de Riols, seigneurs de Trémolèdes (branche aînée), ils donnent la filiation jusqu'à Bernard de Riols, écuyer, seigneur de Bourgues. Cette branche fut confirmée dans sa noblesse par l'Ordonnance rendue à Riom, le 20 avril 1668 par M. de Fortin, maître des Requestes et intendant en Auvergne.

14°) Dans l'inventaire des biens délaissés par Samuel de Riols, sieur de Moussans et de la Bouissonade ; dressé le 3 janvier 1696 par Jacques Pagès, notaire à Saint-Pons, nous voyons la disposition suivante :

"Dans la chambre joignant la verrière … avons trouvé un grand coffre de noguier où ont esté trouvés les titres et papiers suivants :
- Premièrement un extrait en parchemin des pactes de mariage de noble David de Riols du 16 janvier 1594, ci cotté n°I.
- Plus un extrait des lettres du roi Charles IX portant maintenue en faveur de noble Pierre de Riols en la verrière haute de Moussans ci cotté n°II.
- Plus un extrait d'arrest du Parlement de Thoulouse qui maintient led. Sieur de la Bouissonade à lad. Verrerie et à la faculté de prendre du bois de la forest de Moussans ci cotté n°III.
- Plus l'expédié en parchemin de l'ordonnance de Monsieur de Bazin, intendant en Languedoc, qui maintient led sieur de la Bouissonade en la qualité de noble en date du cinquième janvier MVI soixante onze ci cotté n°IIII."
Nous le donnons in extenso, il ne fait que confirmer les preuves que nous avions déjà données.

Il nous faut signaler :
a) Le jugement de rectification de noms obtenu par Emile-Gustave de Riols de Fonclare, fils de Pierre-Sebastien de Riols de Fonclare). Tribunal civil de Saint-Pons 11 décembre 1855. Emile-Gustave était né le 27 mars 1826.
b) Le jugement de rectification de nom, rendu par le Tribunal civil de Saint-Pons le 22 juillet 1892, F°67, c°2 (Me Louis Guiraud avoué, Président du Tribunal M. Izac).
Ce jugement rectifiait les noms de Jean-François de Riols de Fonclare né le 20 décembre 1834 ; de son frère Albin Gustave né le 15 novembre 1839 (Commune de Rieussec), et des fils de ce dernier : Adrien-Albin-François, né le 29 juin 1862 ; François-Camille né le 3 janvier 1867 ;.
Jean-François et Albin-Gustave de Riols de Fonclare sont les fils d'autre Jean-François né le 2 mars 1783 (fils légitime de noble Pierre-Jacques-Etienne de Riols de Fonclare et de demoiselle Marie de Robert du Bosc). "

Francis de Riols de Fonclare

Suite : "Recueil des principaux actes intéressant la Maison de Riols"


[ACCUEIL DU SITE]

[LIENS] [GITE DU MINERVOIS] [CORRESPONDRE]