Saint-Pons-de-Thomières et le Pays Saint-Ponais
Histoire et patrimoine de l'ouest du département de l'Hérault

Géographie de la région des Verreries-de-Moussans :
La végétation - les forêts

Extrait de : "Les verreries forestières de Moussans" (1450-1890) par Francis de RIOLS de FONCLARE - 1925 (voir le sommaire).
("La géographie et les divisons administratives de Moussans - démographie")

"Voyons maintenant quels étaient les principaux bois ou forêts de la région Moussanaise :
Consulat de Cassagnoles :
Les forêts communales de Cassagnoles, Julia, Balure, Garrigue, Baillouze et Farrigoules.
Consulat de Ferrals :
Les bois de Ferrals, Saint-Hilaire, Bezoins, Las Founs.
Consulat de La Bastide:
La forêt narbonnaise et la forêt de La Bastide.
Consulat de Fraïsse:
Le bois de Buraud, 214 arpents en bois de hêtres, le bois de Bec, le bois de Souze ou de Sausses, près la métairie d'Esterpas
Consulat de Rieussec:
Le bois de Campaurel;
Les bois de Moussans et Costerate de 242 arpents en hêtres et taillis de divers âges, dans lesquels les habitants de Boisset avaient des usages.

Bois du Roi et forêts près de Moussans

La forêt royale de Moussans était composée en 1782 de trois triages, dans chacun desquels il y avait une verrerie; une seule travaillait tandis que les deux autres se reposaient, afin de permettre au bois de revenir. Citons encore le bois des Verrières-Basses-de-Moussans, le bois de Paparol, le bois de Crouzet.
Consulat de Saint-Pons:
Les bois de Sérignan entre Saint-Pons, Teussines et Courniou, et le bois de Caïmont aujourd'hui disparu et dont il ne reste que des montagnes complètement dénudées.

Ces forêts avaient deux grands ennemis :
D'une part les bergers qui, pour avoir au printemps des pâturages pour leurs moutons, n'hésitaient pas à incendier une partie des forêts, et souvent ils ne pouvaient pas circonscrire le feu.
D'autre part, les gentilshommes verriers pour chauffer leurs fours, consommaient de grandes quantité de bois. Nous verrons plus loin que les intendants du Languedoc et même le pouvoir royal ont dû souvent intervenir pour protéger les forêts.


Four de verrerie, au 18ème siècle

Il nous faut dire quelques mots de la flore de la région Moussanaise.
M. Flahaut, dans sa carte botanique du département de l'Hérault situé dans la région de Moussans proprement dite dans la zone dites des montagnes cévenoles; tandis que les vallées inférieures du Thoré, et du Jaur, ainsi que celles de la Cesse, du Brian, de La Cessière descendant les monts du Minervois, sont situées dans la zone des basses montagnes. Ferrals et Rieussec sont dans cette dernière zone.

1) La zone des montagnes cévenoles est la zone du hêtre.
La zone montagneuse commence dans les Cévennes et dans les montagnes de l'Hérault, au niveau où cesse la culture utile du châtaignier. L'altitude climatérique ainsi déterminée varie de 550 à 790 mètres.
Sur les plateaux ou les montagnes à pentes faibles, en général, le châtaignier cesse de mûrir ses fruits vers 650 mètres d'altitude.
A mesure que l'on s'éloigne vers les causses de l'Aveyron et de la Lozère, le hêtre est plus abondant.
Le chêne vert qui est abondant à l'est du col de Feuille (467 m.) n'existe plus dans la vallée du Thoré. "On passe tout à coup des cultures de châtaigniers et des maigres bois de chênes verts et de chênes à fleurs sessiles aux teintes fraîches que donne le mélange du frêne, de l'orne, du hêtre, de l'aulne, de l'érable sycomore avec le châtaignier, le chêne à fleurs sessiles et le noyer, les seuls parmi ces arbres qui soient également répandus à l'est du col".
Le hêtre fournit le bois de chauffage et dieu sait, quelle consommation en faisaient les fours de verrerie !



Hêtres des bois du Saint-Ponais

L'humidité du sol et l'humidité atmosphérique se combinent pour favoriser le développement du hêtre dans la vallée du Thoré, ou dans les montagnes siliceuses à partir de 650 mètres et pour le confiner dans les ravins les plus frais et les moins ensoleillés des massifs calcaires.

Les sommets du Minervois, dont les points culminants oscillent entre 800 et 1.022 mètres (sud de Ferrals) et même 1210 mètres (Pic de Nore), s'étendent par les cols de Sérières (680 mètres) de Sainte-Colombe (636 mètres) et de Rodomouls (568 mètres) jusqu'au bord de l'Orb à Olargues.


Sommets du Minervois

Les régions situées à l'est du col de Rodomouls paraissent devoir être exclues de la zone montagneuse. Dans cette partie, le hêtre fait défaut
Certains monts sont complètement dénudés et on ne découvre autour de soi qu'une surface ondulée uniformément couverte de bruyères ou de genêts. Aucun massif n'offre un aspect aussi lugubre que les sommets du Minervois, des bords de l'Orb à la limite occidentale de l'Hérault : quelques maigres broussailles, des buis, des genêts.
Le nom de Favayrolles (à 4 kilomètres au sud-ouest des Verreries) indique l'importance primitive du hêtre (ou fau ou fano en langue d'Oc).


Monts dénudés près de Cassagnoles

Cependant on trouve encore quelques taillis de hêtres à Marcory, au sud de Riols, aux Verreries, à Ferrals, à Cassagnoles.
Signalons que dans la vallée du Thoré, poussent quelques arbres fruitiers : cerisiers, pommiers, pruniers, noyers ; mais les rendements sont bien faibles.

2) La zone des basses montagnes est à proximité de Moussans.
Cette zone commence à la limite supérieure possible de la végétation de l'olivier, c'est à dire 350 à 400 mètres ; et elle s'étend jusqu'à la limite inférieure du hêtre, soit jusqu'à 650 ou 700 mètres en moyenne dans les terrains siliceux, jusqu'à 1000 mètres parfois dans les terrains calcaires ou dolomitiques perméables et secs. Les bois des basses montagnes siliceuses sont à peu près entièrement formés de châtaigniers auxquels se mêlent, suivant l'altitude, des chênes verts ou des chênes blancs ; Les bois de basses montagnes calcaires ou dolomitiques sont essentiellement formés de chênes.
Aux basses montagnes siliceuses appartiennent la partie moyenne de la chaîne du Minervois, les sommets seulement appartiennent à la zone montagneuse.
La limite supérieure de la culture du châtaignier varie dans notre région entre 650 et 800 mètres d'altitude, suivant l'exposition et l'abri contre les vents froids et humides. Cette limite a une importance économique particulière dans la région des Cévennes, car la châtaigne était une des bases de l'alimentation des populations des basses montagnes.

Les pays des châtaigniers révèlent une richesse relative, par rapport aux pays calcaires des mêmes niveaux.
Le territoire compris entre Courniou et Saint-Pons, et le bois de Sérignan situé à l'ouest de Saint-Pons, fournissent un exemple de la flore des basses montagnes siliceuses ;

Signalons, en dernier lieu, les plantes servant à l'alimentation de la population Moussanaise : la pomme de terre, le seigle, un peu de blé, quelques légumes poussant principalement aux abords de la vallée du Thoré, exposée aux vents humides de l'Océan ; des châtaigniers, des pruniers, des cerisiers, des pommiers. La vigne s'y acclimate difficilement. Quelques prairies permettent l'élevage de la vache laitière, du mouton, de la chèvre et de la volaille.

Cerisiers et vignes du Saint-Ponais

Par cet aperçu de la flore, il est aisé de se rendre compte que cette région ne se prêtait pas à un accroissement de population, surtout à une époque où les voies de communication, par conséquent de ravitaillement, étaient rares et incommodes. "

Francis de Riols de Fonclare

suite: Les routes de la région de Moussans


[ACCUEIL DU SITE] [LIENS] [GITE HERAULT] [CORRESPONDRE]