Saint-Pons-de-Thomières et le Pays Saint-Ponais
Histoire et patrimoine de l'ouest du département de l'Hérault

Géographie de la région des Verreries-de-Moussans :
Les routes

Extrait de : "Les verreries forestières de Moussans" (1450-1890) par Francis de RIOLS de FONCLARE - 1925 (voir le sommaire).
("La géographie et les divisons administratives de Moussans - démographie")

"Quelles étaient les voies de communication aux cours des 15ème, 16ème, 17ème et 18ème siècles ?

Les Verreries étaient traversées par un chemin étroit, peu carrossable, allant de Carcassonne à Saint-Pons, par Félines, sur la droite, Saint-Jean-de-Molières, Ferrals et Campredon sur la droite, Peyrefiche, le col de Sérières, Les Verreries.
Au lieu de suivre le tracé actuel du chemin de grande communication n°12, à partir de Saint-Julien, ce chemin était situé bien plus à gauche. Un vestige de ce chemin existe encore : il quitte la route allant vers La Bastide, sur la droite, peu après le Café actuel (ancienne maison Danzé) et par les flancs de la montagne il rejoint la Jasse de Vidal, au-dessus d'Usclatz.

Des Verreries à Labastide-Rouairoux, il n'y avait pas de chemin au 18ème siècle. Les rives ou même le lit du Thoré en tenaient lieu.

Actuellement, le chemin vicinal d'intérêt commun n°47, allant de La Bastide à Minerve, par La Borio Cremado, Les Verreries, Sainte-Colombe, laissant Rieussec sur la gauche, Boisset, sert à assurer un commerce assez intense entre toutes ces agglomérations.

Signalons en terminant le chemin venant d'Anglès qui par Saint-Pons, Cavenac, Combeliauber, Sainte-Colombe, Rieussec, Lacamp, Lacaunette, Aigues-Vives, rejoignait Narbonne. Le chemin actuel de grande communication n°10 passe à proximité de la plupart des localités situées plus haut.

Par ce très bref aperçu, nous voyons que Les Verreries de Moussans avaient de très grandes difficultés de communication, c'est une des causes qui explique leur stagnation, alors qu'à la même époque les verreries de Normandie prenaient leur essor, et se transformaient d'industrie familiale en véritables manufactures et amorçaient ainsi l'ère de la grande industrie.
Nous verrons plus tard que de cette transformation technique allait découler un changement des rapports entre verriers et maîtres verriers. D'égaux qu'ils étaient jusqu'au 18ème siècle, il allait se créer deux classes : comme d'ailleurs dans toutes les entreprises !

Il nous faut signaler qu'à Sainte-Colombe (environ 2 à 3 km des Verreries, après Balagou - alt 630 m.) était installé un péage sous la Monarchie.

Sainte-Colombe, l'auberge actuelle
Sainte-Colombe, l'auberge actuelle

Le péage était au débouché du chemin venant des Verreries-de-Moussans et au débouché de celui venant de Saint-Pons .
Sainte-Colombe, au 18ème siècle était une agglomération de 3 maisons, avec six habitants. Le péage appartenait partie au Roi et partie au Chapitre de St-Pons ."

Francis de Riols de Fonclare

suite: Les divisions administratives


[ACCUEIL DU SITE] [GITE DE L'HERAULT] [CORRESPONDRE]