Saint-Pons-de-Thomières et le Pays Saint-Ponais
Histoire et patrimoine de l'ouest du département de l'Hérault

La famille de Robert

"La famille de Robert"
Extrait de : "Les verreries forestières de Moussans (1450-1890)" par Francis de RIOLS de FONCLARE - 1925 (voir le sommaire).

"De très nombreux rameaux sont issus d'une tige unique et nous voyons des groupes aux Verreries-de-Moussans, à Albine-Sauveterre, à Sorèze, à Gabre et dans diverses parties de l'Ariège.
Chaque rameau prend, pour se distinguer, le nom d'une terre et cette complexité de noms augmente les difficultés d'établir une généalogie sérieuse, issue d'un auteur commun.

Nous nous sommes efforcés en nous basant sur les actes notariés, les jugements et les souvenirs de personnes âgées de reconstituer la généalogie des diverses ramifications. Le remarquable ouvrage de M. de Robert des Garils, sur cette famille, nous a donné aussi de précieux renseignements.

Voici quels sont les noms distincts pris le plus souvent par les membres de cette famille (en nous tenant strictement à la région de Moussans) : La Prade, Frayssinède, Lautié, Bosquet, La Roque, Cantelauze, Terme, Talibert, Bosc, La Garrigue, Labarthe, Lassagne, Lavernière.

Voici, selon l'ouvrage de M. de La Roque (Armorial de la noblesse de Languedoc), la généalogie commune à la branche de Robert de Talibert et de Robert de Terme.
Il leur donne pour armoiries :
D'azur au chevron d'argent accompagné de deux étoiles de même en chef, une rose de gueule en pointe et une fasce d'or sur le tout."

I. Amiel de Robert testa le 30 décembre 1542, il eut pour enfants :

a) Germain qui suit;
b) Jean qui fonde la branche B;
c) Gaillard;
d) Bertrand.
II. Germain de Robert eut pour enfants (décédé le 11 avril 1562) :
a) Sébastien qui suit;
b) Guillaume;
c) Antoine.
III. Sébastien de Robert épouse le 25 novembre 1555, Françoise de Landrette, dont il eut :

IV. Jacques de Robert qui épousa le 1er mai 1598, Marie de Jacquet dont il eut :

V. Pierre de Robert, seigneur de Termes, épousa le 5 mars 1633 Marguerite de Riols dont il eut :

a) Paul, sieur de Termes qui se fixe à Saint-Pons;
b) Jean-François qui suit.
Tous deux maintenus dans leur noblesse par jugement souverain rendu le 18 décembre 1670.
Le dit Pierre de Robert testa le 20 octobre 1666.

VI. Jean-François de Robert, seigneur de Lalibot, alias Talibert, devint capitaine des carabins de Vandy, puis en 1662, aide-major à Montmédy; il épousa Marie Le Loup.

Jean-François de Robert mourut en 1705 à Bonzée. Sa filiation et le jugement de maintenue qu'il avait obtenu conjointement avec son frère Paul, en 1670 furent l'une établie, l'autre confirmé au profit de ses descendants à Metz, le 13 juillet 1740, par le marquis de Creil, intendant des Trois-Evêchés, et à Châlons-sur-Marne, le 4 octobre 1749, par M. Caze de La Bove, intendant de Champagne.
C'est Jean-François qui abandonna le nom de Robert pour prendre celui de des Robert.

De son mariage avec Marie Le Loup, il eut :

a) Nicolas qui suit;
b) Noël, qui devint commandant d'Huningue et de la Haute-Alsace, brigadier des armées du Roi. Sa postérité est éteinte.
VII. Nicolas de Robert devint major de Montmédy en 1704 . Il épousa Catherine Gobert d'Escourvieu. Sa descendance continue de nos jours, et elle est établie aux environs de Nancy (à Malzéville).

Branche B. II

II. Jean de Robert (fils d'Amiel), épousa le 25 mars 1541, Peironne d'Escach, dont il eut :

a) Bertrand;
b) Jean;
c) Etienne
d) Armand qui suit;
e) François.
C'est l'origine des de Robert-Garils.

III. Armand de Robert eut pour enfants:

a) Paul qui suit;
b) Charles qui constitue la branche C;
c) Pierre, sieur de Boscapel, marié le 16 octobre 1652 à Isabeau Rolland;
d) Isabeau mariée le 11 février 1653 à Jean de Grenier.
IV. Paul de Robert, sieur de Boscapel, épouse le 29 janvier 1631, Marie de Riols dont il eut :

V. Charles de Robert, sieur de La Roque, qui épousa le 20 avril 1651 Marguerite de Citou . Il fut maintenu dans sa noblesse, avec son père et son oncle par jugement souverain rendu le 4 décembre 1670.

Ils eurent pour descendants :

a) Zabulon, seigneur de la Bouissière;
b) Henri, seigneur de Maussac, qui suit;
c) Paul, seigneur de Balagou;
d) David, seigneur de la Souque.
VI. Henri de Robert, sieur de Maussac, épouse le 7 septembre 1687, Suzanne de Robert, fille de Nathanaël de Robert, sieur de Cantelauze (acte Pagès - Saint-Pons 1687). Ils habitaient la maison du "Terrier". Suzanne de Robert était fille du sieur de Cantelauze et de feue Jeanne de Riols, des Verreries-de-Moussans.
On donne, à la future 600 livres pour ses droits paternels, et la cinquième portion des droits maternels : un lit nuptial; une douzaine de serviettes; deux nappes.
Les témoins étaient :
Les frères du marié : Samuel de Robert, sieur de Balagou; Zabulon, sieur de La Bouissière, et David, sieur de la Souque.
Les cousins du marié : Samuel de Riols, sieur de la Bouissonade; Jacques de Robert, sieur de Fraissinet; Claude de Robert, sieur de la Garrigue; Pierre de Riols, sieur de Moussans.
Les frères de la future : Jean de Robert, sieur de la Vergne; Samuel de Robert, sieur de La Garrigue; Paul de Robert, sieur de Montaut.
Henri et Suzanne de Robert eurent une fille, Jeanne.

VII. Jeanne de Robert de Maussac, qui épousa en 1718, Pierre [Paul] de Robert, sieur de Lastour.
Ils eurent pour enfants :

a) Jean, né le 3 octobre 1721;
b) Marguerite, née le 12 janvier 1719;
c) Marie, née le 4 novembre 1725.
Pierre [Paul] de Robert, sieur de Lastour, était le fils de Paul, sieur de Leiral et de Marguerite de Villa, du lieu de Minerve.

Branche C

IV. Charles de Robert (fils d'Armand), épousa le 16 juillet 1634, Anne de Robert.
Ils eurent pour fils : Jacques de Robert, sieur de Fraissinet, et Charles, sieur de la Garrigue.

Il est fort difficile, sinon impossible de rattacher les diverses branches des de Robert, à une même filiation.

- Beaucoup prenaient souvent des noms de terre, absolument pareils. Par exemple : Bosc, Bosquet, Bosquant, ou Terme ou del Therme;
- La plupart de ces gentilshommes verriers étaient protestants; on sait qu'après la révocation de l'Edit de Nantes, les religionnaires étaient privés d'Etat-civil. Il est dons malaisé de recourir aux registres de paroisse pour suivre les filiations;
- Une série d'alliances entre les diverses familles de Robert achèvent de rendre les généalogies inextricables.
Du reste, nous avions annoncé que nous n'indiquerions que très sommairement les généalogies des gentilshommes verriers ayant habité les Verreries-de-Moussans.
Nous avons insisté un peu plus sur celle des Robert, car nous avons de très nombreuses alliances entre nos familles et étudier l'une c'est préparer la généalogie de l'autre.
M. de Robert-Garils, dans son remarquable ouvrage reconnaît que les documents sur la région Moussanaise manquent.
Nous nous sommes efforcés d'y remédier en nous appuyant surtout sur des actes notariés, des jugements, et quelques renseignements puisés aux registres des paroisses.
Nous concluons que toutes ces diverses branches se rattachent à l'arbre principal issu d'Amiel de Robert, marié vers 1510, qui fit son testament le 30 décembre 1542 (acte Pierre Maurel, notaire à Arfons - Tarn).
C'est de la région de Sorèze, riche aussi en verreries forestières, que la famille de Robert s'est répandue dans la région de Gabre, dans la région de Fourtou, et de là, dans la région de Moussans. Il y eut ensuit un second courant d'émigration de Moussans à Gabre, et même vers le Nord-est.
M. de Robert-Garils est d'une opinion analogue et il dit :
"… enfin celui (foyer) de la Montagne Noire elle-même, formant apparemment le foyer originel de la famille" et page 133"un examen attentif nous engage à considérer ces racines comme peu profonde et à placer le foyer familial originel dans la Montagne Noire".

Un certain nombre de noms de la Montagne Noire indiquent un centre ancien et important de fabrication.
Le Four-du-Verre, situé entre Lespinassière et Lacabarède . La Verrerie au nord-est d'Arfons, La Verrière au sud-est de Laprade, les Verreries-de-Moussans. Dans la direction de Cousses, un col porte le nom de "col des fours", un centre de verreries sur les monts au nord de Labastide-Rouairoux, dans la région du Pont, tout indique l'ancienneté de ces verreries forestières. Une métairie, située à 1 km 500 de Labastide, porte encore le nom de "Robert".
Certains noms distinctifs de la plupart des membres de la famille de Robert sont empruntés à la Montagne Noire.
Monner vient de Mons Niger, de même Bethèze, Labessède, Lasserre, Laprade, Falga, Lasnauzes, Frayssé, Fraissinet, Lespinassière, Campredon, Lautié, Balagou, la Roque, Crouzal etc. … Il suffit de jeter un coup d'œil sur la carte d'Etat-major de la région pour s'en convaincre.
Selon M. de Robert des Garils (page 133), ce serait Pierre de Robert, qui s'est fixé le premier à Gabre pour y construire une verrerie.
Voilà un nouvel argument en faveur de l'opinion d'après laquelle le berceau originaire de la famille de Robert, est la Montagne Noire : en effet, l'acte de nouvel fief et inféodation du 28 mars 1487 mentionne non seulement "le four verrier de Moussans", mais il parle encore "des casalz del four viel assis situés dans lad. Forest royalle apelé de Campaureilh …", ce qui indique la présence de ruines d'une verrerie beaucoup plus ancienne que celle de 1487, concédée à noble Sycart Almoy ."

suite

Francis de Riols de Fonclare


[ACCUEIL DU SITE] [LIENS] [GITE HERAULT] [CORRESPONDRE]