Saint-Pons-de-Thomières et le Pays Saint-Ponais
Histoire et patrimoine de l'ouest du département de l'Hérault

Riols, commune du Pays Saint-Ponais

Riols est situé dans la vallée du Jaur, à cinq kilomètres en aval de Saint-Pons-de-Thomières. Le village est le chef-lieu d'un vaste territoire de plus de 5600 ha, formant la plus étendue des communes de l' ancien canton de Saint-Pons.

Riols comprend une vingtaine de hameaux dispersés entre le plateau du Somail, la vallée du Jaur et les Monts du Pardailhan : Aupigno, Ardouane, Bégot, Bordevieille, Brettes, Cassillac, Condades, Euzèdes, Falgouze, Langlade, Les Coumayres, La Roque, Ligno, Lizarne, Marso, Mézouilhac, Roulio et Tarbouriech ...

L'histoire de Riols est très étroitement liée à Saint-Pons-de-Thomières : la chartre de fondation de l'abbaye, en 936, mentionne la donation faite au monastère par Raymond Pons, comte de Toulouse, des terres de Tarbouriech, Les Coumayres, Condades, Cassillac, et Rieulets.

En 940, l'archevêque de Narbonne cède à l'abbé de Saint-Pons les églises Saint-Pierre-de-Riols et Notre-Dame-de-Tredos.

L'ensemble du territoire de Riols forme finalement une seigneurie appartenant à l'abbaye de Saint-Pons. A une date indeterminée, il est établi un château, au centre du village de Riols. Les habitants doivent au seigneur abbé les droits seigneuriaux et la dîme ecclésiastique.

Par erreur, l'érudit local Joseph Sahuc a indiqué qu'un concile se serait tenu au hameau d'Euzèdes à cette époque, et que le hameau de Begot aurait été le chef-lieu d'une viguerie. Ces hypothèses sont considérées comme erronées par les historiens contemporains ...

Lors de la formation du diocèse de Saint-Pons en 1318, l'abbé devient évêque et les moines forment le chapitre de la cathédrale.
Les revenus de l'abbaye sont alors séparés : à Riols, le chapitre conserve les droits seigneuriaux sur les terres des Garrigues, comprenant les mazades de Bégot, Condades, Aupigno, Roulio, Marso, Cassillac, tandis que l'évêque garde le reste de la seigneurie.

Cette répartition des terres seigneuriales se prolonge jusqu'à la fin de l'Ancien Régime. Le souvenir en était encore conservé dans des bornes armoriées à la limite des communes de Pardailhan et Riols, portant sur une face la fleur de Lys (Pardailhan était pour une part domaine royal), et sur l'autre, une croix (symbolisant les armoiries du chapitre). Ces bornes ou "bodules" ont été volées.

En 1318, les habitants de Riols passent une transaction avec le premier évêque Pierre Roger afin de rappeler leurs "privilèges", de préciser les droits seigneuriaux, de régler la justice, de confirmer leurs droits sur certains vaccants.

C'est un peu plus tard, probablement au cours du 15ème siècle, que l'institution des consuls, représentants élus des habitants est créée (le consulat voisin de Pardailhan remonte à 1381).

A cette époque, l'artisanat textile commence à se développer à travers l'installation de nombreux ateliers de tisserands.

Les guerres de religion amènent d'importantes destructions dans la région : en 1567, Saint-Pons et ses environs sont occupés par les troupes protestantes; l'église Saint-Pierre-de-Riols est partiellement détruite, ainsi que le "château" de l'évêque. Ce dernier est même en ruines, comme le montre l'autorisation, donnée en 1571 par Mgr de Castelnau, à Gaspard de Guibbal de "prendre de la pierre de la démolition du château de Riols ... pour bâtir une maison".

A partir de la fin du 16ème siècle, la paix est revenue et la petite bourgade se reconstruit lentement: le pont de la Banasse, sur le Jaur, est bâti. L'église paroissiale, en partie détruite est lentement restaurée, sous l'impulsion du curé Cabrol (comme en témoigne son "livre de raison", publié par Joseph Sahuc); En attendant l'achèvement des travaux, le service religieux se fait, pendant plusieurs dizaines d'années, dans la chapelle Sainte-Croix. En 1640, un rétable est installé dans l'église réparée, de nos jours toujours visible.

De petites fabriques de draps se développent à partir de la fin du 17ème siècle, avec leurs moulins foulons : on en compte 4 à 5 fabriques jusqu'à la fin de l'Ancien Régime, occupant plusieurs centaines d'ouvriers et de tisserands dans les environs.

A la Révolution, les rares biens du clergé et des émigrés sont vendus. Riols ne compte d'ailleurs qu'un seul émigré, Honoré de Raynaud de Martinet, ancien combattant de la Guerre d'Indépendance des Etats-Unis; son frère Auguste choisit le camp adverse, et devient membre de la garde nationale organisé à Riols en 1792, puis maire de la commune en 1793-1794, sous le nom d'Auguste Martinet : le ci-devant organise ainsi la production de salpètre, afin d' "exterminer tous les tyrans coalisés contre la République".

Les Raynaud de Martinet parviennent à préserver ainsi l'essentiel de leurs biens lors de la Révolution, et restent pendant toute la première moitié du 19ème siècle les plus importants propriétaires fonciers de Riols, possédant également plusieurs fabriques de draps.

Au 19ème siècle, Riols avec plus de 2000 habitants, s'est transformé en petit centre industriel, comptant plus d'une dizaine de fabriques de draps et filatures de laine, et faisant travailler des tisserands sur leur métier, disséminés dans les hameaux environnants. Un voyageur décrit Riols en 1834, comme "rempli de manufactures de draps; l'intérieur est si étroit qu'une grosse charette ne saurait y passer".
En 1840, la Grande Rue est tracée, large qui traverse le village en ligne droite, les matériaux de démolition servant à aménager le Foirail.

Commune ouvrière, Riols est contestataire et même rebelle durant tout ce 19ème siècle.
Sous l'Empire, le nombre de conscrits déserteurs est considérable, plus d'une trentaine en 1813.
Lors de la Restauration de 1814, Riols est considéré comme dangereuse, inquiétant le sous-préfet de Pardailhan, ancien émigré. Le maire doit rendre des comptes et produire un arrêté municipal menaçant des tribunaux toute personne qui aura "mal parlé soit du gouvernement, soit de la personne du Roy".

Après la révolution de 1848, Riols est un foyer républicain organisé. La répression, après le coup d'Etat de 1851 de Louis Napoléon Bonaparte, est terrible : l'état de siège étant déclaré, l'armée investit le village. Plus d'une centaine d'hommes sont arrêtés et détenus dans les prisons de Saint-Pons. Jugés, 73 d'entre eux sont déportés en Algérie. Le souvenir en est conservé par un monument élevé en 1904, sur le Causse, lieu des réunions clandestines des Républicains.

Au cours du 19ème siècle, la commune de Riols se dote de bâtiments collectfs : la mairie actuelle en 1856, puis, sous la 3ème République, les écoles (à Riols, Condades, Tarbouriech, Langlade).

L'ouverture de la ligne de chemin de fer entre Mazamet et Bédarieux entre 1883 et 1887 ne suffit pas à entrainer la modernisation de la petite industrie textile, qui s'éteint progressivement, faute d'investissements. Après la grève de 1926, le textile de Riols disparaît peu à peu.

En 1907, un Petit Séminaire, succédant à celui de Saint-Pons, fermé par les lois de séparation de l'Eglise et de l'Etat, s'installe à Ardouane, dans ces terres républicaines et laïques. Il forme pendant près de cinquante ans plus de 83 prêtres, devenant ensuite le "collège libre de Saint-Benoit d'Ardouane", fermé en 1982.

[ACCUEIL DU SITE] [LIENS] [GITE DANS L'HERAULT] [CORREPONDRE]