Saint-Pons-de-Thomières et le Pays Saint-Ponais
Histoire et patrimoine de l'ouest du département de l'Hérault

Demande de mesures répressives au Préfet

Durant la Restauration, le sous-préfet de Saint-Pons, Alexandre de Pardailhan, doit faire face à des mouvements de contestation d'antiroyalistes, notamment dans les villes ouvrières de Saint-Pons, de Riols et de Saint-Chinian.

Le 19 septembre 1815,

Je ne puis vous laisser ignorer que dans certaines communes de mon arrondissement (...) les malveillants ne cessent de faire circuler chaque jour des bruits inquiétants pour la tranquilité publique, et qui semés avec intention, sont criminels et méritent d'être punis sévèrement.

C'est tantôt le drapeau de la rebellion [le drapeau tricolore] qui flotte, tantôt des nouvelles que l'on vient de recevoir, annonçant l'arrivée de Napoléon II.
Aujourd'hui ce sont les Autrichiens qui le conduisent, demain c'est Marie-Louise arrivée à Paris et mille autres absurdités.
(...)
Il serait urgent, Monsieur le Préfet d'arrêter les progrès du mal qui peut devenir bien dangereux, et qui finira par infecter mon arrondissement, qui comme j'ai déjà eu l'honneur de le marquer, est mauvais, très mauvais.

Le Colonel-Comte de Pardailhan

[ACCUEIL] [MAIL] [GITE PRÈS DE SAINT-PONS] [PLAN DU SITE]