Saint-Pons-de-Thomières et le Pays Saint-Ponais
Histoire et patrimoine de l'ouest du département de l'Hérault

La légende du chevalier de Treil de Pardailhan

La famille de Treil de Pardailhan, rapidement enrichie au cours du 18ème siècle, a inspiré une légende concernant le pigeonnier du château de La Caunette: c'est l'histoire d'un tour joué au Diable par le chevalier de Treil de Pardailhan, homme rusé, et qui explique sa fortune vite réalisée: la légende rejoint ainsi la réalité...

Lo chivalier de Triol de Pardelhan avia, dins son castel de La Cauneta, fait pacha amb lo Diable:
     - "Contra ton anma amb aquel bilhet signat del sang, avia promès lo Cifer, te remplissi una bota de loïs"
     - "Entendut"

Convenguéron de se trapar dins lo pijonier del castel que passava lo terrat de quinze mètres d'auçada.
A l'ora dita (mièja nuèit) lo chivalier monta al pijonier. Lo Diable l'esperava a crambalhons sus una fusta amb sos sacs loïs d'aur .
     - "Remplissi la bota d'abord", commanda lo chivalier sens paur.
L'autre vuja un sac de loïs, puèi un autre, puèi un autre, la bota èra pas plena:
     - "Triol m'arroïnas !"crivada lo Cifer.
     -"M'as promés, vuja, remplissi la bota !"
Mas los sacs de loïs d'aur se vujavan d'arreu e jamai non la bota èra plena:
     - "Triol m'arroïnas !"
      - "Vuja, la cal remplir."

Lo Diable vujèt sa reserva sens emplenar la bota. Alavetz, dins un espet de mala colèra, Cifer getèt fum e sofre e lo vegèron pus.
E aqui consi lo chevalier de Triol sauvet son anma en fusent fortuna car los loïs tombavan aval lo pijonier: la bota èra sens fons, Triol avia tirat la semèla e avia de per dejos traucat la plancher.

Le chevalier de Treil de Pardailhan dans son château de La Caunette, avait fait un pacte avec le diable:
     "Ton âme en échange d'une botte pleine de louis d'or. Rendez-vous à minuit en haut du pigeonnier" (de quinze mètres de hauteur).
Mais le diable a beau verser sac après sac de louis,la botte n'est jamais pleine:
     - "Treil, tu me ruines !"
     - "C'est promis, verse, remplis la botte !"

Ayant épuisé son or, le diable s'enfuit en jetant fumée et soufre.
Le chevalier avait enlevé la semelle et troué le plancher en-dessous. Ainsi conserva-t-il son âme et l'or de Lucifer.

(Ce conte en occitan est rapporté par Georges Poumayrac, du Bouys, dans "le petit livre de Minerve" de Leon Cordes)

[ACCUEIL DU SITE] [LIENS] [ECRIVEZ-MOI] [GITE DE FRANCE DE L' HERAULT]