Saint-Pons-de-Thomières et le Pays Saint-Ponais
Histoire et patrimoine de l'ouest du département de l'Hérault

Mgr Jean-Louis de Balbes des Bertons de Crillon
Evêque de Saint-Pons de 1713 à 1727

Portrait de Mgr Crillon

Jean-Louis de Balbes des Bertons de Crillon est né en 1684 au château de Crillon au Comtat-Venaissin, descendant d'une famille originaire du Piémont, et qui compte comme aïeul Crillon-Le-Brave, fidèle d'Henri IV.

Vicaire général de son oncle l'archevêque de Vienne, il est aussi abbé commendataire de Saint-Etienne de Baigne, au diocèse de Saintes, lorsqu'il est nommé à 29 ans à l'évêché de Saint-Pons (le 22 avril 1713).

Son épiscopat est très différent de celui de son prédecesseur Mgr de Percin de Montgaillard, auquel tout l'oppose :
Mgr de Crillon est non seulement un évêque bien en cour mais aussi un pourfendeur du mouvement janséniste, que soutenait Mgr de Montgaillard.
Par plusieurs mandements, Mgr de Crillon condamne les "appelants", jansénistes qui s'opposent à l'autorité du pape Clément XI (et à la bulle Unigenitus).

Tombeau de Mgr Crillon


Habile négociateur, il parvient à achever les travaux de la cathédrale, dont le choeur est en ruines depuis 150 ans, à la suite des guerres de religion :
La solution choisie est radicale, mais aussi la moins coûteuse possible, et reçoit donc l'accord du chapitre de la cathédrale qui s'opposait jusque là à toutes dépenses risquant d'amputer ses revenus .

Ainsi, l'ancien choeur gothique est supprimé, le plan de la cathédrale inversé, et la façade actuelle construite. La cathédrale de Saint-Pons prend désormais l'aspect qu'on lui connait aujourd'hui.

En 1720, député des Etats du Languedoc, il présente à Louis XV les cahiers de la Province.


En 1727, il poursuit sa carrière ecclésiastique en étant désigné archevêque de Toulouse, qu'il rejoint début 1728, alors qu'une délégation de capitouls s'est rendu à Saint-Pons pour le féliciter. Mgr Alexandre de Guenet lui succède au siège épiscopal de Saint-Pons.

Prélat considéré, Mgr de Crillon préside plusieurs fois l'assemblée du clergé de France.
Enfin en 1740, il devient archevêque de Narbonne. En 1742, il est reçu prélat commandeur de l'ordre du Saint-Esprit.

Après une douloureuse maladie, il meurt en Avignon, dans l'hôtel particulier des Berton de Crillon , le 15 mars 1751. On peut encore voir sa pierre tombale dans le choeur de la cathédrale Notre-Dame-des-Doms (ci-contre).

[ACCUEIL DU SITE] [PLAN DU SITE] [LIENS] [CORRESPONDRE] [GITE DE FRANCE DE L'HERAULT]