Saint-Pons-de-Thomières et le Pays Saint-Ponais
Histoire et patrimoine de l'ouest du département de l'Hérault

Famille Massip
_____________________

"de gueules à la bande d'or chargée de trois étoiles de gueules
accompagnée en chef d'une croix tréflée d'argent (?) et en pointe d'un croissant de même"

Les Massip constitue une famille de robins et de notables ruraux, présente à Saint-Chinian du 16ème au 19ème siècle.

Le premier connu , Jean Massip est originaire de Villefranche-de-Rouergue, et serait né vers 1530. Il apparaît dans la région en 1553, comme copiste d'un notaire de Puisserguier; en 1558, il est notaire à Saint-Chinian (1). Après une dernière décennie de paix, il est confronté à la période troublée des guerres de religion, où la région saint-ponaise est pillée par les troupes protestantes, et Saint-Chinian occupé à deux reprises en 1567 et 1578.
De cet aïeul Jean Massip, se sont détachées deux branches familiales, l'une restant à Saint-Chinian, l'autre émigrant à Béziers.


Minutes de Me Jean Massip en 1562

Vers 1590, un de ses fils, lui aussi prénommé Jean officie avec lui comme notaire à Saint-Chinian, et le seconde en tant que lieutenant de viguier. Lors de la révolte de Rohan, en 1626, Jean Massip fils est tué lors d'un combat, près de Béziers (1).
Son frère cadet, François Massip, capitaine de compagnie bourgeoise de Saint-Chinian, vend en 1633 l'office notarié, dont il a hérité (2). A cette époque, il devient propriétaire du moulin foulon au Martinet, sur le canal de l'abbé.
De son mariage avec Antoinette de Montal, d'une famille de la petite noblesse de La Salvetat, sont issus trois générations de Massip à Saint-Chinian, notables du lieu, propriétaires terriens, et occupant des fonctions de consul.


Compoix de Jean Jacques Massip en 1669

Cette branche saint-chinianaise s'éteint au début du 19ème siècle, représentée par deux personnalités remarquables:
- Marie Madeleine Massip, mariée à Joseph Tarbouriech de Canredon, est seigneuresse d' Assignan après le décès de son mari, et dont les enfants prennent le nom de Tarbouriech d'Assignan;
- Paul Massip est curé de Saint-Chinian sous l'Ancien Régime, soutenant les ouvriers en grève en 1781, prêtre jureur à la Révolution, puis se rétractant et poursuivi comme tel, réorganisant l'Eglise catholique après le Concordat, sous l'autorité de l'Abbé Jean Antoine Treil de Pardailhan, comme en témoigne leur correspondance.

Les Massip de Béziers sont pendant cinq générations, du 16ème au 18ème siècle, notaire, avocat ou juge (3). Curieusement, en 1795, Claude Louis Massip en épousant Sophie Raboul de Grandsaignes, réinstalle temporairement la branche bitteroise à Saint-Chinian, où il devient juge de paix. Sa soeur Marie Madeleine l'a précédé en épousant la même année un manufacturier saint-chinianais Pierre Flottes.
Les Massip ont disparu de Saint-Chinian, au milieu du 19ème siècle.


(1) Jehan Massip père et fils, notaires à Saint-Chinian, "colpables de faulsetté" (1561-1603), dans BSASL de Béziers - 2006-2007.
(2) ADH, 2E 14/119, f°5, registre de Me Hérail, notaire à Béziers, 5 janvier 1633.
(3) Du XVIe au XIXe siècle - Un exemple de continuité de gens de robe et d'esprit: Les Massip de Saint-Chinian et de Béziers - dans BSASL de Béziers - 2005-2006

Notes généalogiques concernant la famille Massip
(notice à compléter)

- Jean MASSIP
né vers 1530, originiare de Villefranche-de-Rouergue,
viguier de Saint-Chinian, notaire royal
marié vers 1561 à Hélène LACOURT,
d'où :
- Jeanne MASSIP
mariée en 1587 avec Pierre ANDOQUE, greffier à Béziers
d'où:
- Pierre ANDOQUE (1595-1664)
conseiller du roi à la sénéchaussée de Béziers, historien,
marié à Anne MERCORENT,
d'où:
- François D'ANDOQUE (1638-1724)
capitaine de galère,
marié, en 1671, à Marie Mondette DELRIEU,
d'où:
- François D'ANDOQUE, sieur du Bosc (1679-1754)
lieutenant de galère, premier consul de Béziers,
marié, en 1719, à Anne de BARRÈS,
aurait obtenu un jugement de confirmation de noblesse en 1735,
d'où:
- François D'ANDOQUE (1720-1761)
lieutenant des vaisseaux du roi,
marié, en 1750, à Toulon, avec Marie Anne CATELIN,
sans postérité
- Antoine MASSIP
notaire à Béziers,
marié en 1593 avec Angélique ANDOQUE
d'où:
- François MASSIP
avocat à Béziers,
marié en 1656 avec Marie RICARD,
d'où:
- François MASSIP
avocat à Béziers,
marié en 1688 avec Marie HONDRAT,
d'où:
- Joseph Philippe MASSIP
avocat à Béziers,
marié en 1742 avec Marie Rose DE SAPDE,
d'où:
- Gabriel MASSIP
juge à Béziers,
marié en 1767 avec Marie Barbe CASTANIE,
d'où:
- Marie Madeleine MASSIP (1773-1804)
mariée le 20 avril 1795, à Béziers, avec Pierre FLOTTES, manufacturier à Saint-Chinian
d'où:
- Eugénie FLOTTES (1804-1838)
mariée en 1827 avec Auguste Antoine Jean Baptiste de BOYER-MONTÉGUT (1787-1870), magistrat,
d'où postérité.
- Claude Louis MASSIP (1770-1853)
juge de paix du canton de Saint Chinian (de 1816 à 1827),
marié le 3 novembre 1795, à Saint-Chinian, avec Sophie RABOUL DE GRANDSAIGNES (1774-1843),
d'où:
- Hélène MASSIP
née le 23 septembre 1796, à Béziers,
mariée en 1828, à Saint-Chinian, avec Prosper Marcellin PEYRONNET avocat (fils de Jean Joseph président du tribunal civil de Saint-Pons),
propriétaire du domaine de Bagatelle,
d'où postérité.

- Emile MASSIP
le 25 août 1802, à Saint-Chinian,
avoué, à Montpellier,
marié en 1843 avec Amélie ANDUZE,
d'où postérité.

- Mélanie MASSIP
née le 30 janvier 1805, à Béziers,
mariée en 1827, à Saint-Chinian, avec Bernard Alexis SEBE médecin à Saint-Chinian,
d'où:

Louis SEBE
médecin à Saint-Chinian.

- Marie Rose MASSIP
mariée en 1809 avec Jean Antoine PRADINES D'AUREILHAN,
d'où postérité.

- Jean MASSIP
lieutenant de viguier, notaire à Saint-Chinian,
marié avec Angélique Claire GUIBERT
tué dans un combat en 1626, à Cazouls
d'où:

- Jean MASSIP
sans postérité
- Jacques MASSIP
procureur à Béziers,
marié avec Marie GARRIGUE
d'où au moins 2 fils.

- François MASSIP
capitaine à Saint-Chinian,
marié avec Antoinette DE MONTAL
décédé en 1645, à Saint-Chinian,
d'où, entre autres enfants:

- Claire MASSIP
mariée, en 1635, avec Pierre BOUTTES
d'où postérité.

- Jean Jacques MASSIP
né vers 1626,
premier consul,
marié, en 1644, à Saint-Chinian avec Madeleine FRAYSSE
inhumé le 19 septembre 1696 au cimetière de Saint-Chinian,
d'où:

- Jean Pierre MASSIP
citoyen de Saint-Chinian,
marié, en 1695, avec Marguerite CHABBERT
inhumé le 1er juillet 1742, en l'église des Récollets de Saint-Chinian,
d'où:
- Jean Jacques MASSIP
citoyen de Saint-Chinian,
premier consul,
marié avec Elisabeth VIGUIER
d'où:
- Marie Madeleine MASSIP
née en 1729, à Saint-Chinian,
seigneuresse d'Assignan,
mariée avec Joseph Louis TARBOURIECH DE CANREDON
d' où:
Paul Joseph Désiré TARBOURIECH D'ASSIGNAN
en 1758
dernier seigneur d'Assignan
maire de Saint-Chinian (1790-1795)
marié en 1780 à Françoise-Léonie DE NIOCEL DE TEGRA, de Toulouse
décédé à Toulouse, en 1813,
d'où postérité.

- Paul MASSIP
à Saint-Chinian en 1732,
curé de Saint-Chinian
décédé en 1812.

[ACCUEIL][PLAN DU SITE] [E-MAIL] [GITE DE CHARME DE L'HERAULT]