Saint-Pons-de-Thomières et le Pays Saint-Ponais
Histoire et patrimoine de l'ouest du département de l'Hérault

Mariage de Joseph Treil et Marie Azais
Contrat de mariage du 10 septembre 1708



L’an mil sept cens huit et le dixième jour du mois de septembre après midi, dans La Salvetat, diocèse de Saint-Pons, sénéchaussée de Béziers, régnant très chrétien prince Louis, roi de France et de Navarre par-devant moi notaire royal et présens les témoins
A l’honneur et gloire de Dieu, mariage a été traité convenu et accordé comme s’en suit :

- premièrement a été constitué personnellement le sieur Joseph Treil fils du Sr Antoine Treil bourgeois d’Ornac, terroir de La Voulte et de demoiselle Marguerite Roger mariés d’une part,

- et de demoiselle Marie d’Azais fille de feu le Sr Pierre Jean Azais et de demoiselle Catherine de Gramond, aussi bourgeois de La Salvetat d’autre part.

Lesquelles parties de gré de l’avis en conseil de leurs parents et amis assemblés ont promis réciproquement de se prendre et épouser en vrai et légitime mariage à la première réquisition de l’une ou l’autre en face de notre mère Ste Eglise avec les formalités canoniques en tel cas requises observées.

Et pour support des charges dud futur mariage, la dite Marie d’Azais se constitue en dot la somme de deux mille livres a elle léguée par le dit Sr Azais son défunt père par son codicille contenant sa dernière disposition, laquelle somme la dite dame de Gramond veuve et héritière fiduciaire dud Sr Azais a payée aud futurs mariés au moyen de cessions suivantes :

- savoir leur a cédé à prendre sur M. de D… de La Salvetat la somme de deux cens quarante livres, sur Philippe Théron de Naujac la somme de deux cens livres, sur divers habitants de Sauguières tels que la dite dame les indiquera en remettant les actes nécessaires la somme de mille livres
- et les cinq cens soixante livres restants pour parfaire la dite somme de deux mille livres, le dite dame de Gramond promet et s’oblige de payer aux dits futurs mariés dans six ans d’aujourd’hui avec l’intérêt à l’ordre au dernier vingt
Plus s’oblige le dite dame de payer aussi au dits futurs époux la somme de quarante livres pour un habit dans deux mois d’aujourd’hui.

Et le dit Sr Treil père agréant le présent mariage en contemptation (sic) de celui-ci a donné par donation pure simple et irrévocable entre vifs à la dite delle Marie d’Azais la somme de sept cens nonante trois livres qu’il veut être prise sur ses biens les plus clairs et liquides pour en disposer à sa volonté tant en la vie qu’en la mort, se départant de droit de retour le cas arrivant que la dite delle décéderait avant son donateur sans enfants,
Plus donne le dit St Treil père au dits futurs mariés en faveur dud futur mariage la moitié de ses autres biens, meubles immeubles, présens et à venir à la charge de la moitié des charges sur lesquels biens donnés et réserves distraites sept cens nonante trois livres donnés à la dite delle.

Les dits Srs Treil père et fils seront tenus de reconnaître la susdite somme de deux mille livres dotales en la recevant pour y avoir recours en cas de besoin et pour l’observation de ce dessus les dites parties chacune comme les concerne obligent leurs biens à toutes les rigueurs de justice.

Fait en présence du Sr Treil père et autres principaux amis du Sr Joseph Landes, le Sr Pierre Carrière d’Olargues signés avec les parties Treil Marie d’Azais Catherine Gramont Constans, Azais … Galibert notaire.

(Archives particulières du domaine de Pardailhan)

[ACCUEIL DU SITE] [PLAN DU SITE] [E_MAIL] [GENEALOGIE TREIL DE PARDAILHAN]