Saint-Pons-de-Thomières et le Pays Saint-Ponais
Histoire et patrimoine de l'ouest du département de l'Hérault

La Franc-maçonnerie albigeoise à la fin de l'Ancien Régime

La loge maçonnique albigeoise la plus ancienne était celle de «Saint-Jean», officiellement constituée par le comte de Clermont, grand-maître de la Grande Loge de France. .
Ses travaux ont été suspendus en 1765, «par la mort ou la dispersion de la plupart de ses membres».

En 1776, une demande de reconstitution est présentée au Grand Orient de France, ce qui est fait officiellement en 1778, sous la présidence du marquis de Panat, "Vénérable", Joseph Delecouls étant "Secrétaire".
La loge prend le nom de «Parfaite Intelligence».
Joseph Delecouls en est à plusieurs reprises "Vénérable" (c'est à dire le maître d' atelier, qui préside les réunions, veille au respect des statuts, recueille les votes).
La loge de la «Parfaite Intelligente» est élitiste, avec une très forte proportion de nobles (plus des deux-tiers) et de très riches bourgeois.


Tablier maçonnique dit de Voltaire

Une autre loge existe à Albi à la fin de l’Ancien Régime : celle de la «Triple Unité», composée uniquement de roturiers et religieux. Enfin, une loge comprenant des petits artisans, sous le titre des «Vrais Amis», ne parvient pas à se constituer en raison de l'hostilité des deux autres loges. La Franc-maçonnerie reconstitue les préjugés sociaux, malgré un discours égalitaire.

[E-Mail] [LA FAMILLE DELECOULS] [GENEALOGIE TREIL DE PARDAILHAN]