Saint-Pons-de-Thomières et le Pays Saint-Ponais
Histoire et patrimoine de l'ouest du département de l'Hérault

Léon Cordes (1913-1987)
écrivain occitan du Minervois

Léon Cordes Léon Cordes, né en 1913 à Siran, est issu d'une famille de vignerons, originaire de la cité de Minerve. Par sa trisaïeule, Fanny de Riols, il est descendant d'une lignée de gentilshommes verriers, connus dans le Saint-Ponais, depuis le 15ème siècle.

Il passe sa petite enfance à Minerve, auprès de son grand-oncle, conteur populaire.
Il abandonne tôt ses études : dès 1929 il reprend la propriété familiale de Siran, et reste vigneron jusqu'en 1952.

En 1934, au cours de son service militaire, il rencontre les animateurs du renouveau littéraire occitan, Max Rouquette et Pierre Azema, directeur de la revue Calendau. Dès lors, il collabore au journal Occitania, et milite au Parti Occitan, dont il devient le délégué à la propaganda païsana.

Pendant la guerre, Léon Cordes dirige deux troupes de théâtre, l'une à Argeliers et l'autre à Montoulieu où il rencontre son épouse, Germaine Clerc, elle aussi fille de vigneron.
En 1946, il publie Aquarela, son premier recueil de poèmes, puis en 1949, un premier roman.
La crise viticole de 1950 l'oblige à vendre la propriété de Siran, et à s'installer près de Montpellier, où il devient, avec passion, horticulteur.

Léon Cordes
La cité de Minerve

En 1955, il remporte le prix Théodore Aubanel avec la pièce "la Font e Bonas Gracias". Il publie en 1974 le délicieux et magique petit ouvrage de traditions populaires du Minervois, "Lo pichôt libre de Menerba".

"Pour lui, la langue d’oc est inséparable du climat de sensibilité populaire où elle plonge ses racines : les mots s’y ouvrent toujours sur un horizon de pensée collective et traditionnelle (...) ce qui est intéressant dans l’ouvrage "Lo pichòt libre de Menèrba", ce sont les récits paysans transmis par les paysans eux mêmes. Ces récits se groupent en (...) cycles dont l’importance n’échappera à aucun folkloriste. C’est par là surtout que l’oeuvre de Cordes comblera bien des lacunes. On sait que l’étude des comportements magiques fait le désespoir des ethnologues vraiment consciencieux, parce que si tous les informateurs en parlent, il est toujours difficile d’obtenir d’eux le détail complet de ces opérations secrètes par essence"
(René Nelli).

En 1975, Leon Cordes publie la traduction en occitan moderne des troubadours "Trobadors al segle XX", ouvrage de référence.
En 1983, il écrit le spectacle Menerba 1210, qui est monté l'année suivante sur le site de Minerve, avec son fils, Michel.
Léon Cordes est décédé à Montpellier en 1987, et inhumé à Minerve.

Voir la légende extraite de "Lo pichòt libre de Menèrba" : Lo chivalier de Triol de Pardelhan.

[ACCUEIL DU SITE] [LIENS] [CORRESPONDRE] [GITE MINERVOIS]