Saint-Pons-de-Thomières et le Pays Saint-Ponais
Histoire et patrimoine de l'ouest du département de l'Hérault

La Salvetat sur Agout, à la fin de l'Ancien Régime

a Salvetat (sur Agout), sur le plateau du Somail, constitue à la fin de l’Ancien Régime une des seigneuries dépendant directement de l’évêque de Saint-Pons.
A cette époque, le bourg est encore protégé par des remparts, et le pouvoir épiscopal symbolisé par un château en ruine qui domine la petite cité.
Les remparts de La Salvetat, au début du 20ème siècle

la fin du 12ème siècle le château de La Salvetat et ses terres sont définitivement acquis par le monastère de Saint-Pons. Peu après la création du diocèse de Saint-Pons en 1318, l’évêque devient seigneur de La Salvetat.
La petite cité est une des communautés importantes du diocèse, même si elle se situe à l’écart des axes de communication.

La Salvetat, ville sur la carte de Cassini (18ème siècle)

a Salvetat est une des sept «villes» du diocèse avec Cessenon, Cruzy, Olargues, Anglès, Olonzac et La Livinière qui siègent à tour de rôle aux Etats du Languedoc.
Les habitants de La Salvetat sont représentés par trois consuls élus chaque année à la fête Saint-Michel ( Premier Consul en 1789: le chevalier de Planque). A la fin de l'Ancien Régime, le dernier évêque de Saint-Pons, seigneur du lieu, doit toujours proclamer son respect des "libertés et franchises de La Salvetat".

ne petite élite, "les académiciens", composée de bourgeois et d'anoblis dominent les habitants, possèdent les métairies (famille de Cabrol, par exemple qui détient le château d'Arifat). La population paysanne vit durement.

[ACCUEIL DU SITE] [PLAN DU SITE] [E-MAIL] [GITE DE FRANCE DE L'HERAULT]