Saint-Pons-de-Thomières et le Pays Saint-Ponais
Histoire et patrimoine de l'ouest du département de l'Hérault

La famille Gept, à Azillanet

La famille Gept est une des principales familles de propriétaires terriens d'Azillanet au 18ème siècle.
Guillaume Gept s'installe dans ce village du Minervois, en 1677, après son mariage avec Jeanne Granié. Il devient un notable de la petite communauté, accédant au fonction de consul et de juge royal, mais décède assez jeune à 50 ans.
Ses fils aînés Guillaume et Michel partent faire carrière à Narbonne devenant d'importants marchands et financiers. Seul, le plus jeune François reste à Azillanet.

Le village d'Azillanet
Le village d'Azillanet

En 1720, François Gept apparaît sur le compoix comme le plus important propriétaire d'Azillanet. Sa soeur Marie et son frère Guillaume, habitants de Narbonne, détiennent toujours des terres et de maisons; Guillaume est notamment propriétaire du domaine du Pech : "une metairie, Ecurie, jasse Et porge, hiere de Deux Champs et herme avec quatorse Broutes avec quelques chenes Vert al pech", comprenant au total une dizaine d'hectares.

Le compoix d'Azillanet
Biens de François Gept (extrait du compoix d'Azillanet)

François Gept épouse, en 1723, Claire Martin, originaire d'Olargues, dont il a une fille Marie et un fils Guillaume.
Ce dernier occupe les mêmes fonctions de consul et de juge que son père et grand-père. Il épouse tardivement, en 1769, Marie Françoise Guy, originaire de Lautrec, et apparentée aux Marcoul-Montbosc de Rouairoux (Tarn). Durant la Révolution, Guillaume Gept est maire d'Azillanet de 1792 à 1795, jouant un rôle de modérateur vis à vis des autorités du district de Saint-Pons. Il est décédé en 1795, sans postérité connue.

La branche aînée des Gept, installée à Narbonne vers 1710, connaît une ascension sociale rapide. Guillaume Gept l'aîné des frères se marie à Azillanet avec Elisabeth Darnaud. A Narbonne d'abord marchand, il est nommé en 1719 de syndic du diocèse. Il devient receveur des décimes du diocèse de Narbonne, fonction enrichissante consistant à collecter l'impôt sur les revenus du clergé. En 1737, il achète les seigneuries de Villesèque et Mandourelle, dans les Corbières, premier pas vers l'anoblissement de la famille, et devient Gept de Villesèque.
Son fils, lui aussi prénommé Guillaume se marie en 1746 dans la noblesse locale avec Anne Elisabeth de Treilles de Fozières . Il a une formation de juriste et achète en 1754 l'office de conseiller maître à la cour des comptes aides et finances de Montpellier, qui donne la noblesse graduelle. La famille Gept de Villesèque est tombée en quenouille à la génération suivante.
Les soeurs de Guillaume Gept de Villesèque se marient dans des familles de la petite noblesse locale: Jeanne épouse, en 1737, Pierre d'André un militaire, originaire d'Azillanet, dont elle n'a pas d'enfant; Elisabeth, la cadette, s'allie, en 1744, avec Raymond Gabriel de Veye; de ce mariage sont issus les Veye d'Olonzac.


Recherches généalogiques concernant la famille Gept, à Azillanet
(notice à compléter)

- Guillaume GEPT (?1654-1704),
originaire de Corneilhan (Hérault),
consul d'Azilhanet (1688), bayle (1695),
marié à Azillanet en 1677 avec Jeanne GRANIER (?1648-1728),
décédé à Azillanet,
d'où (entre autres):
- Guillaume GEPT (1682-17..),
syndic du diocèse de Narbonne (vers 1720),
receveur des décimes du diocèse de Narbonne
seigneur de Villesèque et de Mandourelle (Aude), en 1737,
marié en 1709 avec Elisabeth DARNAUD,
d'où (entre autres):
- Jeanne DE GEPT
mariée en 1737 Pierre D'ANDRÉ, major des gardes-côtes de Narbonne,
sans postérité connue.

- Guillaume GEPT DE VILLESEQUE
conseiller maître à la cour des comptes aides et finances de Montpellier (1754),
seigneur de Villesèque et de Mandourelle (Aude),
marié, en 1746, avec Elisabeth DE LA TREILLE DE FOZIERES,
d'où (entre autres):

- Anne Thérèse GEPT (?1747-1803),
carmélite

- Elisabeth Charlotte DE GEPT (1750-18..),
mariée en 1787 avec Antoine Bernard DE LAVERGNE, lieutenant-colonel aux chasseurs du Gévaudan.

- Victor DE GEPT DE VILLESEQUE (1755-1828),
prêtre et bénéficier de St-Just de Narbonne, réfractaire à la Révolution, déporté en Espagne.

- Joseph Antoine DE GEPT DE VILLESEQUE (1759-1786),
marié à Marie Jeanne Gabrielle HOSTALIER DE SAINT-JEAN

- Elisabeth Charlotte DE GEPT (1721-1804),
mariée, en 1744, avec Raymond Gabriel DE VEYE,
d'où entre autres enfants :
- Jean Joseph DE VEYE (1747-1806),
marié, en 1787, avec Florence TRÉMOLLIÈRE (1761-1825),
d'où entre autres enfants :
- Théodore DE VEYE (1795-1860),
marié, en 1826, avec Elisabeth VITALIS DE LATOUR (1798-1881),
d'où postérité.
- Michel GEPT (1684-17..),
marchand et consul à Narbonne,
marié à Marie BENAUSSE.

- Marie GEPT (1686-17..)
mariée, en 1712, à Jean FABRE marchand de Narbonne,

- Jean GEPT (1688-17..)
curé de Caunes.

- Jean François GEPT (1690-17..)
bourgeois d'Azillanet, consul,
marié, en 1723, à Olargues, avec Claire MARTIN (/1701-1765),
d'où :

- Jean François GEPT (1725-1...),

- Guillaume GEPT (1727-1795),
consul, juge royal d'Azillanet
maire d'Azillanet (de 1792 à 1795),
marié, en 1769, à Rouairoux, avec Marie Françoise GUY (1727-1809),
sans postérité connue.

- Marie GEPT (1728-1...),
mariée, en 1752, à Pierre LAPORTE, bourgeois, de Labastide-Rouairoux (Tarn)

[ACCUEIL] [PLAN DU SITE] [E-MAIL] [GITE DE CHARME DE L'HERAULT]