Saint-Pons-de-Thomières et le Pays Saint-Ponais
Histoire et patrimoine de l'ouest du département de l'Hérault

La famille Flottes de Pouzols, à Saint-Chinian


La famille Flottes est issue d'une lignée de marchands fabricants de draps de Clermont-l'-Hérault, se donnant des airs de noblesse après l'achat en 1756 de la coseigneurie de Pouzols. Les frères Jean-Pierre et Denis Flottes s'installent à Saint-Chinian en 1774, lorsqu'ils prennent la direction d'une des manufactures royales de draps. Les Flottes devenus d'importants propriétaires terriens à Saint-Chinian au début du 19ème siècle, sont aussi parmi les principaux fabricants de draps du petit bourg, jusqu'au déclin de cette industrie vers 1860.

Denis Flottes (1733-1808) reçu maître fabricant de draps à Clermont-l'-Hérault en 1749, succède à son père décédé en 1756. En juin 1774, il a l'occasion de prendre la direction devenue vaccante de la manufacture royale de Saint-Chinian appartenant à Roussel de Saint-Amans; il s'associe alors avec son jeune frère Jean Pierre. Quelques années plus tard, ils sont parvenus à relancer la manufacture, comme l'écrit l'inspecteur Gaspard Tricou: "cette manufacture est sur le plus grand pied, et jouit de la plus haute réputation. Pour ce l'acquérir cette réputation, ces Mrs firent les plus grands sacriffices en débutant. Aujourd'huy ils commencent à jouir du fruit de leurs travaux, et ce réparer des pertes passées"


Les bâtiments de l'ancienne manufacture royale des Aires, à Saint-Chinian

En 1784, l'autre manufacture royale de Saint-Chinian dite des Aires, appartenant à Bermond fait faillite ce qui permet à Denis Flottes de la racheter, ce qui rend compte de son enrichissement récent. Dès lors les deux frères, l'un comme directeur de la manufacture Roussel, l'autre comme propriétaire de celle des Aires, sont devenus les principaux fabricants de draps de Saint-Chinian. En 1791, Denis Flottes achète un moulin foulon situé sur le canal de l'abbé, renforcant ainsi les capacités de sa fabrique.

Durant la Révolution, les Flottes sont présents dans les nouvelles institutions, comme les autres drapiers de la bourgade, ce qui leur permet de maintenir leur influence sur la population.
Ainsi, en 1790, Flottes jeune (sans doute le plus jeune fils de Denis, prénommé Denis Amans) est à la tête de la légion volontaire, bientôt en concurrence avec la légion patriotique, et qui sont finalement réunies par le maire Victor Herménégilde Tricou en une garde nationale, forte de 600 hommes car "il s'agisssait de se garantir contre les [...] 1200 ouvriers qui se remuaient dans la ville". Cette garde nationale est à nouveau réorganisée en 1792, par le nouveau maire Joseph Tarbouriech, avec à sa tête le vieux Denis Flottes comme commandant.
Durant la Terreur, en 1794, les Flottes sont membres de la société populaire de Vernodure affiliée au club des Jacobins, et l'un d'entre eux le préside même pendant une courte période.
Enfin sous le Directoire, en 1795, Pierre Flottes, le fils aîné est adjoint à la mairie de Joseph Martin.


Les bâtiments de l'ancienne manufacture royale de Tournefeuille, à Saint-Chinian

Au début du 19ème siècle, les frères Pierre et Denis Amans Flottes reprennent l'activité de leur père sous le nom de Flottes frères.
Pierre Flottes épouse en 1795 Gabrielle Massip, d'un famille bitteroise de magistrats, originaire de Saint-Chinian, tandis que le cadet Denis Amans épouse, en 1803, la belle-soeur de cette dernière, Emilie Raboul de Grandsaignes, descendante des Tarbouriech et des Rocque, vieilles familles de la bourgeoisie locale. L'industrie drapière saint-chinianaise connait une période de croissance entre 1820 et 1840. En 1840, Denis Amans achète l'ancienne manufacture royale de Tournefeuille, vendue à la mort de Jean Antoine de Catellan de Caumont, héritier des Roussel de Saint-Amans.
Outre ses manufactures, Denis Amans est devenu un important proriétaire terrien, possédant notamment le domaine de Gragnos, et celui de La Mouline à Cessenon.


Le domaine de Gragnos

A leur tour, ses deux fils Alphonse et Hector le secondent dans la direction des fabriques de draps.
Alphonse gère notamment l'ancienne manufacture des Aires, sur la Grande Rue, où il vit avec sa famille. Il y développe l'activité de soierie. Hector s'occupe de l'autre manufacture à Tournefeuille.En 1858, ils obtiennent du tribunal civil de Saint-Pons la modification officielle de leur nom et deviennent les Flottes de Pouzols.
Peu après le décès de leur parents, entre 1858 et 1865, alors que la production textile s'effondre, les Flottes de Pouzols, vendent les biens familiaux; leurs manufactures cessent leur activité; Alphonse décède en 1865, et son frère Hector rejoint à cette époque sun fils Denis à Toulouse, signant la fin de la présence de cette famille à Saint-Chinian.

Notes généalogiques concernant la famille Flottes, à Saint-Chinian
(notice à compléter)

- Pierre FLOTTES
né le 20 juin 1658 à Clermont-l'Hérault (Hérault),
fabricant de draps,
marié en 1684 à Clermont-l'Hérault avec Gabrielle LAUMETTE,
d'où, entre autres enfants:
- Pierre FLOTTES
né le 10 octobre 1691 à Clermont-l'Hérault (Hérault),
marchand fabricant de draps, seigneur de Pouzols,
marié en 1722 à Clermont-l'Hérault avec Catherine TARTARY,
décédé le 19 juillet 1756, à Clermont-l'Hérault,
d'où, entre autres enfants:
- Maximilien FLOTTES
né le 4 juillet 1724, à Clermont-l'Hérault,
prêtre,
décédé le 1er avril 1808, à Clermont-l'Hérault,

- Denis FLOTTES
né le 12 juin 1733, à Clermont-l'Hérault,
marchand fabricant de draps, directeur et propriétaire des manufactures royales de Saint-Chinian,
marié le 10 mai 1757, à Clermont-l'Hérault avec Marie VERNAZOBRES (?1740-1780),
décédé le 25 mars 1808, à Montpellier (Hérault),
d'où:

- Pierre FLOTTES
né en 1758, à Clermont-l'Hérault,
fabricant de draps à Saint-Chinian,
marié le 2 avril 1795, à Béziers, avec Gabrielle MASSIP (1773-1804),
décédé le 26 avril 1830, à Saint-Chinian,
d'où:
- Pierre Denis Isidore FLOTTES (1795-18..)
négociant à Saint-Chinian.

- Eugénie FLOTTES (1804-1838)
mariée en 1827 avec Auguste Antoine Jean Baptiste de BOYER-MONTÉGUT (1787-1870), magistrat,
d'où postérité.

- Marie Catherine FLOTTES
née le 15 mars 1766, à Clermont-l'Hérault,
mariée, en 1795, à Pouzols avec François Eustache ARNAUD (1762-1846),
d'où:
- Adolphe ARNAUD (1805-18..)
fabricant de draps à Saint-Chinian,
marié en 1827, à Saint-Chinian avec Clarisse TRICOU (1804-18..),
d'où:
- Marie Claire ARNAUD (1828-1...)
mariée en 1847, à Saint-Chinian avec Auguste FOURCADE (1823-18..), négociant fabricant de draps à Saint-Chinian,
- Denis Amans FLOTTES
le 12 juin 1778, à Pouzols,
fabricant de draps,
marié, en 1803, à Saint-Chinian avec Emilie RABOUL DE GRANDSAIGNES (1781-1856),
décédé à Saint-Chinian, le 15 mai 1855,
d'où:
- Alphonse FLOTTES DE POUZOLS
né le 10 septembre 1804, à Saint-Chinian,
fabricant de draps à Saint-Chinian,
mariée en 1837 avec Irma DE PISTORIS (1816-1850),
d'où:
- Désiré FLOTTES DE POUZOLS
né le 22 septembre 1842, à Saint-Chinian,
mariée en 1882 avec Marie DOLIVIER-MARSAN
décédé le 29 août 1916 à Larra (Haute-Garonne),
d'où:
- Jacques FLOTTES DE POUZOLS (1884-1935)
administrateur colonial en A.O.F, gouverneur par intérim de la Côte-d'Ivoire en 1935,
marié en 1921, à Toulouse, avec Juliette Lisa LAURENS,
d'où postérité.

- Louis FLOTTES DE POUZOLS (1887-1915)

remarié en 1850 avec Marie Louise DU PIN DE SAINT-ANDRE (1813-1893)
décédé le 7 mai 1865, à Saint-Chinian.

- Hector FLOTTES DE POUZOLS
né le 31 octobre 1807, à Saint-Chinian,
négociant,
mariée en 1837, à Olargues, avec Elisabeth BAS DE CESSO (1813-18..),
décédé le 24 février 1879 à Toulouse,
d'où:

- Denis FLOTTES DE POUZOLS
né le 5 septembre 1838, à Saint-Chinian,
marié en 1857, à Toulouse, avec Pauline VERNAZOBRES (1838-1873),
décédé en 1912,
d'où:
- Jeanne FLOTTES DE POUZOLS (1858-1944)
mariée en 1878 avec Ludovic DE FORMIGUIER DE BEAUPUY DE GENIS (1851-1890),
d'où postérité.
- Hélène FLOTTES DE POUZOLS
née le 6 septembre 1815, à Saint-Chinian,
célibataire.
- Jean Pierre FLOTTES
né le 16 octobre 1736, à Clermont-l'Hérault,
marchand fabricant
- Denis FLOTTES
né le 28 juillet 1698 à Clermont-l'Hérault,
fabricant de draps,
marié en 1728 à Clermont-l'Hérault avec Jeanne RAISSAC (1707-1761),
décédé le 4 novembre 1771 à Clermont-l'Hérault,
d'où, entre autres enfants:
- Jeanne FLOTTES (1742-1794)
mariée en 1764 à Clermont-l'Hérault avec Jean Antoine GELY (1737-1797) marchand fabricant,
d'où, entre autres enfants:
- Jean Antoine GELY (1765-1838)
fabricant de draps,
propriétaire de l'ancienne manufacture royale de Saint-Pons, achetée en 1802 aux Villeneuve.
- Antoinette FLOTTES (1747-1...)
mariée en 1777 à Clermont-l'Hérault avec François Joseph DEVIC DE SAINTMEIN (1747-1817) avocat à Saint-Pons,
d'où postérité (famille Devic).

[ACCUEIL][PLAN DU SITE] [E-MAIL] [GITE DE CHARME DE L'HERAULT]