Saint-Pons-de-Thomières et le Pays Saint-Ponais
Histoire et patrimoine de l'ouest du département de l'Hérault

La famille Delecouls de Cantepau

La famille Delecouls représente la riche bourgeoisie albigeoise au 18ème siècle.

Né en 1706, Jean-Pierre Delecouls, consul d'Albi est un marchand fortuné. En 1731, il épouse Agathe, fille de Joseph Treil, de Saint-Pons-de-Thomières. Jean-Pierre Delecouls reçoit de son père, lors de son mariage, deux métairies situées près d'Albi, et une somme de 25.000 livres (voir le contrat de mariage). En 1745, il est déjà propriétaire du château de Cantepau, près d'Albi; il acquiert peu après le domaine voisin de Lévizac.


Le château de Cantepau, aujourd'hui en ruines

Le fils héritier Joseph, né en 1743, prend le nom de Delecouls de Cantepau. Lors de son mariage avec sa cousine Jeanne Mazars, ses parents lui font donation de tous leurs biens. Avocat au Parlement, il est l'un des animateurs de l'élite intellectuelle albigeoise: il est notamment membre de la loge maçonnique "Parfaite Intelligence". Premier consul d'Albi de 1787 à 1789, il est le dernier maire d'Ancien Régime de la ville.

Dès la préparation des Etats-généraux en 1788, il s'engage sur la représentation du Tiers-Etat. Favorable à la Révolution, il est élu en 1790 procureur de la commune, puis procureur-syndic du district d'Albi.
A la fête de la Fédération le 14 juillet 1790, il célèbre les principes de 1789.
En 1793, il est dénoncé par Chabot représentant en mission de la Convention Nationale qui le suspend; mais il est rétabli peu après: En 1794-1795, il est nommé agent national du district d'Albi, c'est à dire représentant du gouvernement auprès des autorités locales.
A la fin de sa vie, il est magistrat, commissaire du gouvernement près le tribunal criminel du Tarn. Il est décédé à Saint-Pons, à l'âge de cinquante-huit ans, le 23 avril 1802.

Les deux frères de Joseph font un choix très différent à la Révolution :
L'aîné, Jean-Pierre Joseph Delecouls (1732-1800), est chanoine du chapitre de Saint-Pons-de-Thomières, et refuse le serment à de la constitution civile du clergé en 1791: il devient prêtre réfractaire et émigre en Suisse. De retour en France après 1795, il est décédé à Albi en 1800.
Le dernier frère, Jean-Pons Delecouls (1745-1808), surnommé l'abbé de Levizac est vicaire général de Mgr Alexandre de Bruyères-Chalabre, évêque de Saint-Omer (frère de l'évêque de Saint-Pons). Opposé lui aussi à la Révolution, il émigre en Angleterre, où il publie de nombreux ouvrages de littérature, de poésie et de théologie, et où il est décédé en 1813.

Leur soeur Agathe, née en 1751, se marie en 1767, à l'âge de 15 ans, avec Jean Guiraud, un négociant de Saint-Pons-de-Thomières. Elle est décédée à Saint-Pons en 1821.
Sa nombreuse descendance a relevé au 19ème siècle le nom de Levizac, en s'appelant Guiraud de Levizac.

[ACCUEIL DU SITE] [GITE PRÈS DE SAINT-PONS] [LIENS] [CORRESPONDRE]