Saint-Pons-de-Thomières et le Pays Saint-Ponais
Histoire et patrimoine de l'ouest du département de l'Hérault

Contrat entre Maurice Poumayrac et David Alquier, son beau-père
le 29 août 1748


Par son contrat de mariage du 30 août 1734, Marguerite Alquier a reçu tous les biens de ses parents, notamment le domaine de La Feuillade. Après le décès de son épouse, Maurice Poumayrac se sépare de ses beaux-parents en conservant le domaine; en contre-partie il leur verse une indemnité et une pension annuelle.

Comme soit ainsi que par le contrat de mariage d'entre Me Maurice Poumairac, conseiller du roy, ancien garde marteau en la maitrise des eaux et forêts de St-Pons, et feu Demlle Marguerite Dalquier, retenu par nous Nore, le trente août mil sept cens trente quatre,
David Alquier, sieur de La Feuillade, fit donnation à lad. feu demlle Marguerite D'Alquier sa fille, en faveur dud. mariage de tous ses biens présens et à venir

Sous la réservation que tant led. Sr de La Feuillade, que demlle Jeanne Vialet son épouse seraient nourris et entretenus leur vie durant, en même pot et feu, en santé et maladie et sous la pension de soixante livres pour leurs menus plaisirs,
et en cas de prédécès, dud. Sr La Feuillade, que lad. pension serait réduite à trente livres en faveur de lad. épouse,

Avec réservation encore en cas de séparation d'une pension annuelle viagère et alimentaire de la somme de trois cens livres, et de la somme de mille livres, payable le jour de la séparation par led. Poumairac eu dit Sr La Feuillade,

Outre quoi le Sr Poumairac s'engageait par le même contract de mariage de payer à l'acquit et décharge des biens donnés la somme de dix huit cens livres et led. Sr La Feuillade s'engageait de payer le surplus des dettes et autres clause énoncées au contract de mariage dud. jour trente août mil sept cent trente quatre.

Et qu'en déduction des d. deux sommes de mille livres d'un côté et dix huit cens livres d'autre, faisant ensemble celle de deux mille huit cens livres, lesd. parties ayant reconnu suivant la vérification qu'elles en ont faites que led. Sr Poumairac avait payé et compté celle de deux mille quararante deux livres deux sols six deniers,
Scavoir cent soixante livres au sier Montaud par contract [etc...],
Revenant à la susd. de deux mille quarante-deux livres deux sols six deniers, laquelle distraite de la première de deux mille huit cens lvres reste celle de sept cens cinquante sept livres dix sept sols six deniers.

Pour ce est il, que ce jourd'hui vingt neufième jour du mois d'aoust mil sept cens quarante huit, régnant très chrestien prince Louis, par la grâce de Dieu, Roy de France et de Navarre,
Par devant le nore royal de St-Amans, diocèse de Lavaur Senée de Toulouse, et en présence des témoins bas nommez,
Ont été constitués en personne les d. Srs Poumairac et La Feuillade, demeurant au lieu dit de La Feuillade, terroir de Rieussec,
Lesquels de gré, sous mutuelle et réciproqueme stipulation et acception ont convenu, accordé et transigé entr'elles :

- Premièrement, qu'il ne reste du aud Sr La Feuillade par le Sr Poumayrac que la susd. somme de sept cent livres dix sept sols six deniers [...]
En payement de laquelle susd. somme de sept cens cinquante sept livres dix sept sols six deniers, led. Sr Poumairac, en la qualité qu'il procède, et en celle de père et légitime administrateur des biens de ses enfants et de la feu demoiselle d'Alquier son épouse, a vendu au Sr La Feuillade la quantité de trois cens soixante pieds d'arbre à prendre à La Garrigue, qui est le long des preds de Cantignous [...] Evalués les d. arbres à raison de vingt sols pièce à la somme de trois cens soixante livres,

Et le restant de la somme pour parfaire la susd. de sept cens cinquante sept livres dix sept sols six deniers, faire fonds pour payer M. de Bedos ce qu'il luy est du

Moyennant le payement de laquelle susd. somme de trois cens quatre vingt dix sept livres dix sept sols aud. sr de Bedos ou aud. Sr La Feuillade, le d. Sr Poumairac se trouvera avoir acquitté toutes les réservations faites par le Sr Lafeuillade dans le contract de mariage cy desssus cité sauf ce qui sera dit cy après;

- Secondement, il a été aussi convenu que la pension annuelle viagère et alimentaire de trois cens livres, ensemble celle de soixante livres réservée pour les menus plaisirs vivant en commun, est réduite et modérée aimablement, attendu la modicité du revenu, et que la séparation, dont il est fait mention dans le contract de mariage est faite à la somme de deux cens livres,
Laquelle d. somme de deux cens livres sera payée de six mois en six mois, par avance qui ont commencé le vingt huitième evril dernier et dont les premiers six mois ont été payés [...];

-Troisièmement, que led. Sr Lafeuillade a reçu du Sr Poumairac un lit garni de rouge,avec les rideaux du lit qui est au bout du degré, plus douze linseuls, trois douzaines de serviettes, quatre nappes, comme le tout s'est trouvé, plus deux cabinets, l'un de la chambre haute, l'autre de la salle, une table, un chaudron, une broche, un gril fer, une paire de landiers, une pelle et les pincettes, six chaises, six assiettes et un plat d'étain avec une salière,
Lesquels seront rendus, comme ils se trouveront, aud Sr Poumairac ou les siens par le SR Lafeuillade ou son épouse après le décès de l'un et de l'autre [!];

Fait et passé au lieu de La Feuillade,
en présence de noble Pierre François de Riols, Sr de Trouillas, citoyen de Béziers, demeurant aux Verreries, et Jean Soult, praticien au Palais, demeurant aud St-Amans,
Signez avec les d. parties, et nous Jean Soult nore susd. et nous trouvant sur les lieux requi soussigné.

[ACCUEIL DU SITE] [E_MAIL] [COURNIOU] [POUMAYRAC] [TREIL DE PARDAILHAN]