Saint-Pons-de-Thomières et le Pays Saint-Ponais
Histoire et patrimoine de l'ouest du département de l'Hérault

Certificat de résidence en France

Lorsque Alexandre de Treil de Pardailhan rentre d'émigration en 1800, sa soeur Marie-Monique de Treil de Pardailhan, épouse de Planque fait rédiger un faux certificat de présence en France, à Fraïsse, près de La Salvetat .
Son mari le chevalier de Planque était co-seigneur à Fraïsse avant la Révolution.

« Nous soussignés, agent et adjoint de la commune de Fraïsse, faisant provisoirement les fonctions de maire et adjoint de la dite commune,

Certifions sur l’attestation des citoyens Etienne Vidal dit Rendy cultivateur, Pierre Calas père propriétaire, Antoine Calas fils, propriétaire, Joseph Calmels propriétaire, Etienne Vidal dit Reres propriétaire, Pierre Théron propriétaires, tous domiciliés aux Hers, Jean Vidal propriétaire, Pierre Jean Vidal cordonnier, propriétaire des Navinals, tous domiciliés dans la présente commune,

Que Jean Alexandre Vincent de Paul Treil, natif de Saint-Pons, âgé de trente-huit ans, ci-devant garde du corps, taille de cinq pieds six pouces, cheveux et sourcils châtains, yeux petits et noirs, nez court bouche moyenne, visage plein,

A résidé sans interruption à la métairie des Navenals appartenant au citoyen Pierre Jean Vidal l’un des attestants et dans sa maison d’habitation située dans la présente commune depuis le neuf mai 1792 jusqu’au 28 fructidor an 5,

Certifions en outre que les citoyens attestants ne sont à notre connaissance et d’après leurs affirmations ni parents, alliés agents, fermiers, créanciers, ni débiteurs du certifié, ou employés à son service.

Le présent certificat de résidence ayant été demandé et requis par la citoyenne Marie Monique Joséphine Treil, veuve Planque domiciliée à Saint-Pons, sœur du certifié et par lui autorisé à en faire la demande par procuration qui nous a été par elle exhibée.

Fait à Fraïsse à la maison commune le 9 floréal an 8 de la République Française une et indivisible. »


« Pierre Jean Vidal cordonnier et propriétaire de la métairie des Navinals dans la présente commune âgé de quarante deux ans après avoir promis de dire la vérité (…)
Déclare qu’un des premiers jours de may mil sept cent quatre vingt douze, le citoyen Pierre Calas propriétaire des Hers conduisit chez lui le dit Treil qui lui demanda asile craignant tout pour sa personne, et que connaissant ses parents et l’ayant vu lui-même chez son beau-frère Planque, il le reçut avec humanité et l’a gardé sans interruption jusqu’à la fin du mois de fructidor an cinq, époque à laquelle il s’en fut pour obéir à la loi ajoutant que le dit Treil était alors un très joli jeune homme d’environ trente ans, d’environ cinq pieds six pouces, figure pleine, yeux petits et un peu rouges, cheveux châtains,
Et a signé avec nous ».

« Etienne Vidal dit Rendy cultivateur, demeurant aux Hers, âgé d’environ cinquante ans (…) déclare qu’au commencement de may mil sept cent nonante deux, allant commander des souliers chez Pierre-Jean Vidal cordonnier aux Navinals, il y rencontra un grand jeune homme qu’il reconnut être le dit Treil, qu’il avait vu en uniforme à La Salvetat chez son beau-frère (de Planque), que depuis il le vit journellement lui rendant des services, et qu’il lui portait souvent du beurre et des fromages frais et qu’après le dix huit fructidor il partit .
Requis de signer a dit ne savoir et avons signé »

[ACCUEIL DU SITE] [LIENS] [ECRIVEZ-MOI] [GITE DE CHARME DE L'HERAULT] [TREIL DE PARDAILHAN]