Saint-Pons-de-Thomières et le Pays Saint-Ponais
Histoire et patrimoine de l'ouest du département de l'Hérault

La famille André ou d'André
à Buzet, Rabastens, Azillanet, Trèbes

La famille André est connue dès le 16ème siècle à Buzet, dans la région toulousaine, où elle s'est enrichie dans le commerce du pastel.

Quatre branches principales se détachent de cette famille, issues du mariage en 1584 de Pierre André et Marguerite du Conseil.

1) - Les d'André de Fromente s'installant comme marchands à Lyon dans le premier quart du 17ème siècle, anoblis en 1658, par la charge d'échevin de Lyon, possédant le château et seigneurie de Fromente, branche tombée en quenouille au 18ème siècle.

Le château de Fromente
Le château de Fromente (Saint-Didier-au-Mont-d'Or)

2) - Les d'André anoblis au 17ème par la charge de capitoul exercée par Jacques d'André (v.1604-1684), et établis au 18ème siècle à Azillanet dans le Minervois, dans l'ancien diocèse de Saint-Pons-de-Thomières, où leurs descendants possèdent toujours le domaine viticole du Pech d'André.
Ces André se sont alliés et apparentés avec les familles nobles et notables de la région d'Olonzac, les Amieu de Beaufort, les Vitalis de Latour, les Mialhe, les Laur, et avec les Michelet de Minerve, et les Clerc d'Olargues, ainsi que, plus lointainement avec les Cabrol de Rieumajou, et les La Vernhe.

Château de La Souque
Le château de La Souque, bâti par le baron Armand d'André

3) - Les André installés à Rabastens, dans l'Albigeois, anoblis avec le titre de baron au 19ème siècle, par Louis XVIII. Le souvenir de cette branche familiale est conservé au château de La Souque (Couffouleux, Tarn), bâti par le baron Armand d'André, deuxième du nom. Leur anoblissement leur semblant trop récent, ces André prétendaient descendre de la famille des capitouls d'André de Servolles, qui leur était tout à fait étrangère, mais dont ils avaient adopté les armoiries et orné leur château du portrait d'Arnaud André, capitoul en 1627.

saint-julien-du-prieure
Le domaine de Saint-Julien-du-Prieuré, à Trèbes

4) - Les André restés les notables de Buzet jusqu'au début du 19ème siècle, à la mort de Joseph André (1754-1804). Ses enfants ont hérité de leur tante Barbe Claverie (1752-1826), du domaine de Saint-Julia, à Trèbes près de Carcassonne (cette dernière étant la veuve et héritière de Gabriel Barbaza, d'une famille de notables de ce petit bourg, propriétaire du fief de Saint-Julia). Par leur alliance aux Guillem d'Azille, ils descendent des Guiraud et des Treil de la région saint-ponaise.
Sans principe nobiliaire, et devenus d'André, il se sont intitulés comte, vicomte et baron, à partir du milieu du 19ème siècle. Leurs descendants, les Garnier des Garets sont toujours présents à Trèbes, au domaine de Saint-Julien-du-Prieuré.

Recherches généalogiques concernant la famille André
(notice à compléter)

- Pierre ANDRÉ
marchand, bourgeois de Buzet,
marié, en 1584, à Marguerite DU CONSEIL
d'où :
- Hugues ANDRÉ
marchand à Lyon, échevin en 1658 (charge anoblissante),
marié à Anne VERNEY
d'où:
- Hugues D'ANDRÉ DE FROMENTE
seigneur de Fromente,
marié en 1668 à Catherine BERARDIER
décédé à Lyon, le 15 septembre 1708,
d'où
- Catherine D'ANDRÉ DE FROMENTE
mariée en 1713 à Louis RIVET, président des trésoriers de France de Lyon
d'où postérité.
- Bernard ANDRÉ
bourgeois de Buzet,
marié, en 1634, à Anne DE GOURRUD
décédé à Buzet en 1638,
d'où :
- Pierre ANDRÉ (1636-1720)
bourgeois de Buzet,
marié, en 1680, à Jeanne FALGUIÈRE
d'où :
- Jean ANDRÉ
à Buzet, en 1684,
bourgeois de Rabastens,
marié le 1er mars 1734, à Rabastens, avec Anne BRUN
d'où:
- Jean-Pierre Gabriel ANDRÉ (1743-17..)
marié en 1768, à Gaillac, avec sa cousine Félicité FALGUIÈRES (1743-1813)
d'où:
- Jean Pierre Joseph ANDRÉ (1769-1818)
marié le 23 novembre 1803, à Rabastens, avec Marie Claire FALGUIÈRE, fille d'Alban, garde du corps de Louis XVI,
divorcés en 1812,
d'où:
- Armand D'ANDRÉ (1804-1880)
baron d'André, (anobli et titré par lettres patentes du 17 mai 1821)
diplomate,
marié, en 1845, à Charlotte Suzanne BOULLET DE VARENNES (1822-1857)
d'où :
- Marie Virginie D'ANDRÉ (1847-1928)
marié, en 1871, à Georges Louis EMMERY (1842-1930)
d'où postérité.

- Arnaud D'ANDRÉ (1851-1928)
baron d'André,
bâtisseur du château de La Souque, à Couffouleux (Tarn),
marié, en 1878, à Joséphine AUBE DE BRACQUEMONT (v1860-1909)
d'où

- Anne D'ANDRÉ (1880-1967)
marié, en 1904, à Louis DE CARNE-MARCEIN (v1860-1909)
d'où postérité.

- Charlotte D'ANDRÉ (v1853-1876)
marié, en 1876, à Louis Charles SCEVOLE DE CAZOTTE (1842-1930).

- Gabriel ANDRÉ (1697-1766)
archiprêtre d'Azillanet (de 1731 à 1766).

- Joseph ANDRÉ
conseiller du roi, maire perpétuel de Buzet,
marié, en 1745, à Rose DE PERPESSAC,
d'où:

- Joseph ANDRÉ (1754-1804)
propriétaire, maire de Buzet,
marié à Marie Rose Aimable CLAVERIE (1764-1801),
d'où:
- Jacques D'ANDRÉ (v.1604-1684)
marchand, bourgeois de Toulouse,
capitoul en 1660 (fonction anoblissante),
marié à Jeanne NOEL,
d'où :
- Pierre D'ANDRÉ
en 1654, à Toulouse,
curé d'Olonzac (1702 à 1716); son neveu Joseph d'AMIEU lui succède,
décédé à Azillanet, en 1726, et inhumé dans la chapelle Saint-André.

- Joseph ANDRÉ
en 1655, à Toulouse,
curé d'Azillanet et archiprêtre (de 1687 à 1731); son cousin Gabriel D'ANDRÉ (1697-1766) lui succède (de 1731 à 1766),
décédé en 1734, et inhumé dans la chapelle Saint-André, à Azilhanet

- Guilhaumette D'ANDRÉ (1661-1733),
mariée, en 1685, avec Claude D'AMIEU (/1650-1723), capitoul en 1712 (anobli), seigneur de Blagnac
d'où (entre autres):

- François D'AMIEU DE BEAUFORT (?1700-1782)
seigneur de Beaufort (Hérault),
marié en 1731 avec Marie VITALIS DE LATOUR (1697-1770),
d'où (entre autres):
- Hélène D'AMIEU DE BEAUFORT (1742-1820)
mariée, en 1765, avec son cousin Joseph D'ANDRÉ (1722-1793), lieutenant de dragons,
d'où postérité (cf plus bas)

- François D'AMIEU DE BEAUFORT (1744-1835)
mousquetaire, seigneur de Beaufort,
marié en 1777 avec sa cousine Catherine Elisabeth VITALIS DE LATOUR (1737-1788),
remarié, en 1803, avec Marie DE SEIGNEURET DE CESSERAS (1764-1840),
un fils adoptif, François

- Catherine D'ANDRÉ
née en 1664, à Toulouse,
décédée à Olonzac en 1730,
sans postérité.

- Jean Baptiste D'ANDRÉ
en 1670, à Toulouse
consul, à Azillanet
décédé en 1734, et inhumé dans la chapelle Saint-André, à Azilhanet,
marié, en 1701, avec Marie CALAS (1683-1742), fille de François CALAS, marchand de Saint-Pons, et Marie DE MICHELET,
d'où (entre autres):

- Pierre D'ANDRÉ
major des gardes-côtes de Narbonne,
marié, en 1737, avec Jeanne GEPT, fille de Guillaume, receveur des décimes à Narbonne, et Elisabeth DARNAUD,
sans postérité connue.

- Joseph D'ANDRÉ (1722-1793)
lieutenant au régiment Dauphin dragons, chevalier de Saint-Louis,
marié, en 1765, avec sa cousine Hélène D'AMIEU DE BEAUFORT (1742-1820), fille de François, seigneur de Beaufort, et Marie VITALIS DE LATOUR,
d'où six enfants, dont :

- Auguste D'ANDRÉ (1767-1850),
sous-lieutenant au régiment de Limousin-Infanterie,
maire d'Azillanet (1800 à 1817), juge de paix du canton d'Olonzac
marié, en 1796, avec Jacquette D'AUBERJON (1776-1857),
d'où :
- Emile D'ANDRÉ (1798-1876),
propriétaire du Pech,
marié, en 1824, avec Virginie EMBRI (/1805-1856),
"décédé à son domicile du Pech",
d'où :
- Marie D'ANDRÉ (1828-1902),
"décédée dans sa maison d'habitation sise à la métairie du Pech"

- Jeanne D'ANDRÉ (1830-1...),
mariée, en 1846, avec Jean Bernard GRIFFÉ,

- Louise D'ANDRÉ, (1832-1...)
mariée, en 1858, avec Antoine BEL,
d'où :

- Joséphine BEL (1867-1934),
mariée avec Amédée GERVIÈS (1860-1914),
d'où :
- Jeanne GERVIÈS (1888-1969),
mariée, en 1908, avec Henri SIMON (1885-1954),
d'où
- Marie SIMON
mariée, en 1931, avec Louis REMAURY (1905-1991),
d'ou postérité, propriétaire du domaine du Pech d'André, à Azillanet.
- Edouard D'ANDRÉ, (1800-1875)
capitaine d'infanterie, chevalier de la Légion d'honneur (1842),
"décédé en son domicile de la campagne du Pech",
sans postérité connue.

- Maxime Joseph D'ANDRÉ, (1803-1838)
receveur de l'enregistrement et des domaines à Estissac (Aube),
marié, en 1834, à Estissac, avec Julie HUGUENOT,
"décédé dans la maison d'habitation de son père", à Azilhanet.

- Alexandre D'ANDRÉ, (1769-1813)
receveur à cheval de la régie des droits réunis, puis contrôleur à Montauban,
marié en 1799 avec Catherine BOUSQUET,
décédé à Montauban,
d'où :

- Félix D'ANDRÉ, (1798-1882)
instituteur à Azilhanet, receveur buraliste des contributions indirectes,
officier d'académie (1869), chevalier de la Légion d'honneur (1870).

- Fréderic D'ANDRÉ (1802-18..),
instituteur à Cesseras,
marié en 1830, à Cesseras, avec Monique BERLAN (1811-1892),
d'où :

- Alexandrine D'ANDRÉ (1832-1901),
célibataire, sans enfant.

- Fréderic D'ANDRÉ (1835-1...),
curé de Loupia (Aude).

- Adolphe D'ANDRÉ (1810-1869)
agriculteur, à Azillanet,
marié, en 1836, avec Catherine CALVET,

[ACCUEIL][PLAN DU SITE] [E-MAIL] [GITE DE CHARME DE L'HERAULT]